a
 

Mise à jour 4/03 Copyright JG © 2003
  
      TOME I
 
Menu principal
Aide
Introduction
Géographie
Chronologie historique
Thèmes
Les seigneurs
La noblesse
Affaires municipales
Affaires religieuses
Patrimoine carombais
Carombais de jadis
Agriculture
Les eaux
Les liens
Les Images
Les références
Vos commentaires
 
 
 
    
XVII. Début du XVIIIe siècle. 

La peste de 1720.


        Un bateau, le Grand Saint-Antoine, en provenance du levant arrive à Marseille en 1720, n'observe pas sa quarantaine  et propage la peste. Durant l'été, le nombre des décès est considérable et la maladie s'étend aux campagnes environnantes, puis atteint Toulon. Au lieu de prendre la fuite pour éviter la contagion, Mgr de Belsunce parcourt la ville, le nez seulement protégé d’une éponge trempée dans du vinaigre, distribuant aumônes, réconfort, confessions pour les mourants. Malgré les risques, il échappe à la mort et sa conduite admirable en fait une figure de l’époque.
        La peste progresse, réussit à passer les murs de protection et le Comtat se prépare, corps et âme, à l’approche du fléau.

        A Carpentras, l’évêque Abbati multiplie prières, processions, exposition des reliques, promenade du St Mors ou St Clou (qui aurait été forgé avec l’un des clous de la Passion ramené de Jérusalem). Peur et dévotion font porter un « clou d’argent » consacré au revers de l’habit. Le vice-légat interdit tout commerce avec la Provence.

        Nos villages se protègent en s’enfermant derrière leurs murailles. A Caromb, on choisit 2 personnes intelligentes pour veiller à ce que la garde des portes soit bien tenue, sans qu'elles ne puissent se faire remplacer. On interdit encore une fois le fumier le long des murailles, de la porte du Rieu au Jeu de Ballon et on fait ôter celui qui reste dans les rues.
        On fait murer la porte par laquelle on entre de dessous les cloches dans le cimetière et on construit une muraille derrière la chapelle Ste Magdeleine ; on fait murer la brèche près de la porte de byliso ( ?) ; on fait fermer la porte de la Mirande ; on demande au fermier du seigneur les clés de la poterne du château pour lever le pont-levis ; on fait réparer les portes de la ville afin que plus personne ne puisse passer dessus, ni dessous ; on ferme les portes à 9h1/2, après avoir sonné les cloches des pénitents blancs comme avertissement et, sitôt après, les clés sont remises au 1er consul ; on donnera une pièce de pain aux passants qui n’auront plus le droit d’entrer.
        On le voit, toutes les précautions sont prises pour que l’enceinte du village soit un vrai refuge, fermé hermétiquement, au cas où la peste arriverait à nos portes.
        Les habitants des bourgades (*61 ) ne recevront plus d’étrangers.
        On répare la fontaine de St Maurice dont l’eau est si utile pour la santé.
        On chasse un déserteur des galères et sa famille

        Et on fait appel à la religion, à St Roch qui a déjà tant fait, qui nous a déjà sauvés de la peste ou de la rage. On fait remettre en état “la roue du bienheureux” pour la faire veiller selon l’ancienne coutume. Comme à Carpentras, on organise des processions. On dépose les Saintes Huiles de l’extrême onction chez les dames de Ste Ursule.

        Même pendant ces préparatifs face à l’adversité, nos nobles défendent leurs prérogatives : le 25 août, le marquis de Sade représentant les nobles vassaux du Comtat, proteste contre la juridiction qui aurait été donnée aux consuls et aux bureaux de santé de se saisir des clés des poternes. Le vice-légat répond par lettre au chef élu de la noblesse, le marquis de Modène, Louis-Hiacynthe de Raymond de Mourmoiron, qu’il suffit de lui envoyer les clés avec étiquette et que c’est lui qui donnera ses ordres aux consuls.

        Le mal progresse toujours et, début septembre, le vice-légat réclame, aux consuls des villages, des hommes ayant déjà servi (dans les armes) pour venir constituer une compagnie de 50 hommes chargée d’empêcher les gens et les marchandises de franchir la Durance.  Le vice-légat prend la tête de la lutte contre la peste, et avec ces 50 hommes à recruter, à armer et à payer, se donne une première force de défense. A une assemblée de Carpentras, nos consuls apprennent que cette ville fournit trois hommes et que chaque village doit en fournir un.

        A Caromb, il n’y a pas de volontaire et la sélection se fait par tirage au sort dans un chapeau.  La personne choisie est récusée par le vice-légat car il est soutien de famille. On décide un nouveau tirage au sort, après la messe du 18 septembre, parmi les jeunes gens éligibles. Le tirage au sort est très long et très compliqué puisqu’il se termine le 24 septembre. Le 26, le capitaine de Carpentras refuse ce soldat de Caromb car trop petit et trop jeune. On décide d’acheter une nouvelle personne pour être soldat. On achète aussi l’équipement : fusils et baïonnettes.
        Si nos villageois sont enfermés derrière leurs murailles, il n’en est pas de même pour le bétail qui, lui, doit sortir. Dès le 18 septembre, on se plaint au vice-légat des dégâts causés par les bêtes à laine dont la quantité a augmenté : on les interdit sur la commune, sauf au quartier de St Hippolyte. En octobre, on interdit aux habitants de garder vache ou bœuf “à bâton plantat”, pour les même raisons.
        Un voleur d’olives ayant été surpris, on nomme 8 gardes pour les olives.
        En novembre, on fait mettre une petite clochette à la porte publique de l’église pour réveiller le capitaine des portes en cas de maladie chez les “bourgadiers” (ceux qui habitent en dehors de l’enceinte du village). Le capitaine ira alors avertir le médecin ou le chirurgien.
        Nos villageois vivent dans l’angoisse. Foires, marchés, attroupements et circulation de marchandises sont interdits [33].

        Le vice-légat demande aux communes de constituer des bureaux de santé, dès septembre, puis il organise la garde "de la montagne qui sépare de la Provence" (Monts-de-Vaucluse). Caromb doit lever et payer 10 soldats pour 8 jours (octobre).
        Dès mars 1721, le vice-légat décide d’employer les grands moyens pour combattre l’avancée du fléau et ordonne la construction d’un grand mur, de 36 km de long, vers Méthamis et Venasque. Ce «mur de la peste», en pierres sèches, doit être gardé par des sentinelles pour ne laisser passer personne. Ce mur, sur un axe Cavaillon-Sault, essaie d’isoler le Comtat de la Provence proprement dite.
        Il réclame à chaque communauté un nombre déterminé de personnes pour construire ce mur. Chaque homme devra avoir un outil _ pelle, lichet ou pioche_ pour construire ce mur, et des vivres pour 10 jours. Caromb doit fournir 13 hommes.
        Bien évidemment, il n’y a pas de volontaire lors de l’appel sur la place publique, par peur de la contagion. Le conseil doit les désigner.
Début avril, le vice-légat réclame l’enrôlement de 8 travailleurs pour “la garde des lignes”. On met 58 noms dans un chapeau et on les tire au sort ; ces 8 hommes rejoindront Venasque et seront relevés par 8 autres, tous les 15 jours.
        En même temps, on stocke de la farine dans la tour de la porte du Rieu près des moulins ; on équipe l’hôpital de 30 paillasses et de 30 traversins, que l’on range dans un coffre bien fermé et on dépose la clé aux archives.
        En avril encore, on apprend la mort du pape et on décide de faire un service de funérailles à l’église de St Maurice.
        En mai, 7 personnes de Caromb rejoignent les 300 hommes de la garde de la ligne et on devient encore plus restrictif sur l’ouverture des portes du village : on ferme alternativement la porte Neuve et celle de la fontaine pendant la journée et les deux portes sont fermées dès 21 h.
        Dès l’été 1721, la peste passe la Durance et atteint Avignon et Bédarrides.
        En juillet, le mur est en construction. Il reste 12,4 km à faire ou 6.200 cannes, et on ajoute un fossé de 2,6 m. Le vice-légat fixe l’objectif de tout finir pour le 10 août, répartit le travail entre les communautés, à leur charge de définir le nombre d’ouvriers à envoyer sur ce chantier.

        Au sud, dans les villes touchées, ceux qui ne sont pas encore contaminés n'ont d'autre solution que la fuite et une chronique avignonnaise de l'époque précise que «toutes les portes de la ville ont peine à suffire à la foule de ceux qui sortent. Tout déserte, tout abandonne, tout fuit».
        Notre consul ayant voulu réquisitionner une bourrique s’est entendu lui opposer un refus insolent par une femme. Le conseil réclame une sanction au viguier, comme “de  faire garder les arrêts au château pendant 3 jours” à cette femme peu commode.

        Le mal contagieux progresse toujours. En août, la communauté fait mettre  une inscription et ses armes sous les pieds de la statue de la vierge placée au-dessus de la porte de l’église et que l’on appellera Dame de Lagarde.
        Le conseil emprunte 10.000 livres pour acheter des vivres, des drogues, de la poudre.
        En dehors de l’enceinte, on fait dresser des murailles et palissades autour des bourgades et chaque habitant donne une journée gratis pour fermer les “advenues dudit Caromb”. En novembre, on achète couvertures et draps de lit pour l’hôpital.

        On sait que la peste a réussi à passer le fleuve et les murs de protection. Après Avignon, elle est bientôt à Sarrians et Monteux ; on redouble de précautions.
        Le vice-légat fait mettre des gardes sur les ponts du Comtat avec ordre de tirer après 3 coups de sommation : Caromb doit fournir 4 hommes avec poudre et plomb.
        Le vice-légat a aussi son service de renseignements : ainsi on recherche un chirurgien-parfumeur qui, en quarantaine, s’est enfui après 20 jours. Reconnu et arrêté à Caromb, sans billet de santé, il est interrogé par le bureau de santé et par le viguier, puis fusillé pour risque de contagion. La population approuve les consuls pour cette décision qui a peut-être évité la contagion du village.
        On refait le point sur l’état du village : les greniers à blé sont pleins. On établit des calades autour des fontaines de la place et de la fontaine basse pour protéger l’eau. Le corps de garde de la Porte Neuve est en ruine, mais  on renonce à le réparer.
        Le 12 juin, on apprend qu’à Avignon, les “parfumeurs” chargés de désinfecter par le feu ont, par mégarde, mis le feu au couvent des Augustins, brûlant ainsi une inestimable bibliothèque de 800 volumes.
        En juillet, apparaissent les militaires français, neuf compagnies de Guernesey, une infanterie qui a reçu l’ordre royal de venir lutter pour que la peste ne remonte pas jusque chez eux. Le vice-légat demande que chacun “témoigne de sa fidélité au pape mais cède cependant à la force”. La troupe avance dans le Comtat jusqu’à la ligne de santé.

        A la fin de l’été, Caromb décide de vendre une centaine de ses moutons car ils sont en surnombre, puis, en septembre, le conseil autorise de sortir pour les vendanges : il faut bien continuer à vivre.
        Les Français prennent la direction des opérations : ils ordonnent la construction de corps de garde et de guérites sur la ligne de front. Ils veulent une véritable muraille de chine. A Mazan, où ils cantonnent, se produisent quelques heurts avec la population locale. Carpentras qui refuse son aide est occupée : avenues, portes de la ville, maison de ville passent sous le contrôle des troupes françaises et la communauté doit se soumettre.
        En octobre, ces même troupes demandent à Caromb, Beaumes, le Barroux, Malaucène et Entrechaux de construire neuf corps de garde et dix-huit guérites et on se garde bien de refuser. Sarrians dirige les travaux : il faut sept charrettes de pierres plates pour chaque corps de garde et six pour chaque guérite. Les douze travailleurs réquisitionnés de Caromb, sous prétexte qu’ils ne s’y entendent pas, se font vite remplacer par des habitants de Sarrians que l’on paie au forfait. Nos villageois fournissent des tuiles et louent des mulets pour le charroi.
        Le mur, les corps de garde et les guérites sont enfin terminés et protégent le pays. Un millier de soldats y montent la garde en 1722. Cette année là, la Grande Peste se répand dans toute la Provence et le Languedoc. La population fuit vers les montagnes, qui, grâce à des mesures sanitaires, sont des zones épargnées.

        Les grands moyens sont efficaces et, même si la peste réussit à passer, ça et là, la muraille de protection, l'épidémie ne progresse plus vers le nord.  Les Français gèrent la logistique. M. de Lauzun, commissaire français de la police de guerre, a chargé les consuls de Sarrians de répartir les fournitures pour l’hiver entre les diverses communautés. Caromb doit fournir du bois, de l’huile à brûler avec les mèches, de la paille, doit les transporter et les distribuer tous les cinq jours le long de la ligne. Nous manquons de bois et devons l’acheter. Pour payer ces achats, la communauté vend le reste de son troupeau de moutons. Elle précise qu’elle cède à la force lorsqu’il faut encore envoyer des menuisiers avec leur matériel à Sarrians pour faire des lits de camp.

        En décembre 1722, le danger est écarté. La communauté fait vendre aux enchères les toiles, les couvertures de laine, les “basaques” (couvertures de coton), les traversins, les toiles cardon, les toiles rousses destinées à faire des linceuls, les sacs, soufre et autres, qui avaient été stockés pendant l’épidémie. En janvier 1723, le sergent de Caromb fait crier aux carrefours que l’on organise cette vente aux enchères. La plupart des objets sont achetés par un juif de la carrière de Carpentras. Tuiles, portes et fenêtres, lampes en fer blanc, reste de bois, sont récupérés à Sarrians.
        Elle fait son bilan : les deux baraques et quatre guérites construites entre Avignon et Monteux, sur le territoire de Sarrians ont coûté 168 livres et les fournitures, 333 livres. Sarrians n’a remboursé que 153 livres.
        Des pierres empruntées à des particuliers pour murer les portes ayant disparu, on les paie 21 livres.
        Au bilan, on compte 87.000 morts en Provence et 7.300 dans le Comtat, d’après un document officiel de l’époque. La peste a épargné Carpentras, Caromb et le Haut Comtat, grâce à ces mesures draconiennes.
        Il faudra quelques années pour se débarrasser complètement de cette peste.
         Il va sans dire que la maladie a arrêté toute activité, tout travail d’importance et que la priorité était la protection civile. A Carpentras, les travaux de construction de l’aqueduc qui devait amener l’eau de Caromb jusqu’à la ville se sont arrêtés.
         En février 1723, le danger écarté, les troupes françaises rentrent chez elles. La tranquillité et le calme reviennent en 1724
Comme si la peste ne suffisait pas, l'été 1723 est si chaud que les gens croient à une mort générale ! [54].

        Les années qui suivent montrent que la vie est redevenue normale : au 1er mai 1723, on élit un nouveau conseil ; des moutons étrangers mangent nos rameaux d’olivier et donc on rappelle le règlement interdisant le bétail lanud ; il n’y a toujours aucun candidat au poste d’extracteur de la taille et on en nomme un de force parmi les 24 habitants jugés capables ; les vendanges débutent le 13 septembre 1725 ; on fait réparer les "gorgages" des eaux pluviales, en particulier celui qui passe sous une maison de la rue des Tournoches et ceux du moulin des os ; on répare aussi la rue du château jusqu’à la maison de F. Gallien ; on achète de nouvelles meules ; on égalise les poids et mesures ; on achète un tapis pour les chaises des consuls à l’église.
Bref, rien de plus normal : le train-train quotidien d’un village du Comtat.

L’affaire des bouchers.



        Sauf que, la vie est décidément trop tranquille, trop terne, sans gros soucis pour nos carombais de l’époque. Il faut trouver quelque chose pour animer un peu la vie sociale :  dès mars 1724, c’est fait, c’est l’affaire des bouchers du village. Pensez donc, ils auraient vendu à leur profit de bons gros moutons, bien engraissés sur notre terroir et ils n’auraient proposé aux villageois que quelques moutons maigres ou morts à l’extérieur. Qui plus est, l’échange de mouton se serait fait de nuit, alors que le troupeau était au château, en faisant passer clandestinement les bêtes par la poterne.
         Evidemment, le ton monte vite et “même les conseillers subissent de mauvais traitements de la part des bouchers”. On décide vite de refuser leur candidature à la ferme de la boucherie et de les expulser.

        Ce serait bien simple si le règlement  de la boucherie l’autorisait, mais il faut l’agrément du vice-légat, et le village doit accepter de reprendre le même boucher.
        Imaginons un instant les discussions engendrées, dans la Grande-Rue ou au coin de la porte de l’église,…
        On décide de faire deux boucheries, une de mouton, l’autre de bœuf et de brebis. On fait chasser un “coupeur de viande”.

        En juillet 1727, soit trois années plus tard, le consul, paré de son chaperon et suivi du valet de ville, mais sans le viguier qui a refusé de les accompagner, se rend dans la basse-cour du château pour vérifier si le boucher n’a pas trop de moutons. Conformément au statut de sa ferme, il est autorisé à 4 “trenteniers”, soit 120 moutons.

        Le fermier, accompagné du prêtre, s’interpose, arrête le consul, l’injurie et le menace de 50 coups de bâton. C’est Don Camillo, à Caromb !

        La communauté aide son consul, réussit à faire sortir le troupeau sous la menace du boucher, et, bien sûr, elle constate qu’il y a plus de moutons que prévu dans le règlement. Le consul va porter plainte à Avignon. On transige : le fermier présente ses excuses au consul devant le conseil, promet de payer les frais pour arrêter le procès et, en plus, fait un don de 150 livres à l’hôpital St Maurice et achète des cierges à la confrérie du St Sacrement.

        Ne soyons pas étonnés s’il n’y a plus de candidat à la ferme de la boucherie en avril 1729. Le conseil souhaite alors mettre la boucherie en régie, avec un coupeur de viande salarié de la commune et un berger pour garder les moutons. La vente du bétail sera une responsabilité communale, et on nommera un conseiller pour tenir les comptes.
        En mai, le conseil donne l’autre ferme de la boucherie, celle du bœuf et des brebis, à un étranger de Sault, car il vaut mieux que ce ne soit pas un Carombais. Pourtant, un vote à ballottes secrètes préfère un Carombais. On s’empresse de lui adjoindre deux surveillants. La boucherie de mouton reste en régie et donc, on compte six personnes pour s’occuper de la viande, …
        Ce ne doit pas être suffisant puisqu’en mars 1730, le conseil fixe le prix de la viande pour le bœuf et la brebis et on impose un “peseur de viande” pris dans la communauté. On lui interdit aussi de vendre du mouton.

        Avec une telle organisation, on aurait souhaité quelque efficacité. Eh bien, non ! Puisque, dès mars 1732, une réunion du “triple conseil” exclut à jamais du fermage les deux bouchers qui ont très mal servi les habitants, vendu des brebis au lieu des moutons, laissé manger les oliviers par leurs bêtes, refusé de la viande aux pauvres et menacé des clients avec un couperet et un pistolet.
        Cela devient “Don Camillo Monseigneur”, en mars 1733, quand le vice-légat prend partie contre la communauté et fait réintégrer les deux anciens bouchers dans leur ferme. Le conseil fait savoir qu’ils ont été exclus pour mauvaise conduite et qu’il préfère mettre les boucheries en régie. Le “triple conseil” se réunit bien vite lorsqu’il trouve deux nouveaux candidats pour tenir les boucheries.

        En mai, c’est l’élection consulaire, autre moyen de s’occuper l’esprit. Justement, après avoir évoqué le St Esprit, le viguier demande au 1er consul de proposer quatre noms de la 1ere main pour lui succéder. Celui-ci préfère qu’un enfant tire au sort dans un chapeau. On en sort deux noms qui sont soumis aux ballottes secrètes pour désigner le 1er consul. Comme ce procédé n’est pas réservé qu’aux riches, on élit le second consul de la même façon, puis les conseillers. Les consuls désignent directement quatre auditeurs des comptes, deux prieurs de St Maurice, un procureur, un ouvrier de l’église et les avocats pour Avignon, Carpentras et Caromb.

        A côté de tout cela, c’est le train-train habituel : vendange le 14 septembre 1724, augmentation des gages du régent des écoles, nomination des fermiers des moulins, réparation des murailles de la ville à la rue Basse. On règle quelques dépenses au fontainier, au capitaine des portes, à la confrérie de St Roch et St Sébastien pour la cire des cierges, au loueur d’une chambre pour le porcher, aux joueurs d’orgues pour la bravade de la Fête-Dieu.
On décide de faire casser le procès que le prêtre veut intenter à la communauté pour être dispensé du paiement de la taille en fournissant des preuves de paiements précédents à rechercher aux archives.

        Sous la rubrique “faits divers”, notons :

  • - en 1726, le vice-légat fait battre la campagne de nos villages par des gens armés pour arrêter, marquer et chasser les vagabonds.
  • - la promotion d’un consul n’ayant que 562 florins au cadastre (alors qu’il en faut 600) à la 1ere main car il a les qualités requises.
  • - un enfant a été exposé dans la cour du château en octobre 1729 et le conseil n’est pas d’accord pour l’élever aux frais du contribuable carombais. Le vice-légat exige que l’enfant soit nourri par la communauté, mais le conseil fait appel.


        Nous recherchons toujours un extracteur-percepteur et on propose de relever son pourcentage à 6% pour susciter les vocations. Rien n’y fait, on doit le nommer de force.

        En 1729, la communauté, Dieu merci, prend conscience de la valeur de ses archives  et décide de faire un inventaire et d’imprimer un petit livre où sont transcrits les parchemins anciens. Ceux qui ont pris cette décision ne savaient peut-être pas qu’ils sauvaient ainsi une partie du patrimoine communal pour les générations futures, dont la nôtre. Ils étaient motivés par les quelques affaires qui avaient récemment demandé de consulter les textes anciens.
        Encore merci, messieurs.
        La prise de conscience de la valeur du patrimoine est, par ailleurs évidente lorsque l’on prend soin de respecter les parapets, créneaux et tours des murailles de la ville lors des nécessaires réparations, alors que leur valeur défensive n’est plus d’une grande utilité. Les murailles ont vieilli, la base des remparts est pourrie et des maçons de Carpentras doivent les consolider avec “huit pierres boutisses” (qui traversent l’épaisseur du mur).

       En avril 1732, le fermage du sel rencontre à son tour des difficultés et le brigadier de la garde du sel est député par le vice-légat à Caromb pour ordonner qu’il n’y ait qu’un seul “regrattier” par communauté.
       Le vice-légat intervient l’année suivante pour forcer la communauté, avec Entrechaux, Sablet , Malaucène, Vaison, Villedieu et Séguret, à nourrir les “Maccabées” depuis longtemps prisonniers. Caromb répond que c’est à Sablet et Séguret, leurs villes d’origine, à les entretenir.
        Notre conseil proteste contre l’insolence d’une lettre du prieur de Caromb qui souhaite que le conseil renonce au repas qu’il doit offrir, quatre fois l’an, aux consuls, procureur et ouvrier de l’église. Le conseil refuse la demande.

L’aqueduc de Carpentras.



        Carpentras attend jusqu’en 1729 pour reprendre les travaux de l’aqueduc. L’eau, captée au pied des collines du Paty suit un parcours de 10 Km en souterrain avant de franchir l’Auzon par 48 arches. L’aqueduc a été dessiné par M. Clapier et les travaux sont contrôlés par M. d’Allemand. Nos ouvriers carombais exploitent les carrières les plus importantes de la région et fournissent des pierres de taille pour la construction. Après cinq ans de travaux, il est terminé en 1734 et il fonctionnera de 1745 à 1893. Il mesure 729 m de longueur et sa grande arche, au-dessus de l’Auzon, a plus de 30 m d’ouverture. La ville de Carpentras a investi près de 400.000 francs de l’époque pour sa réalisation.

Les co-seigneurs de la Baume-Montrevel.



        Où en est-on avec nos seigneurs dans le Comtat ? A côté de l'administration pontificale, ils sont toujours présents, avec leurs propres droits. Des biens allodiaux persistent dans certains villages comme Bédoin ou Carpentras. Le Saint-siège cherche encore à s'accaparer certains de ces droits. S'en est trop pour des villages comme Malaucène ou Mazan qui protestent. Des transactions sur les droits seigneuriaux interviennent à Saint-Pierre-de-Vassols, Malaucène et Beaumes [33].

        Nos papes distribuent, moyennant finance, des titres de noblesse : Crillon devient Duché (1725), tout comme Beaumes (1775). Cette dernière seigneurie était une baronnie depuis le Haut Moyen Âge. Aubignan a été promu, et oui, au titre de marquisat, en 1667. Tout cela est à titre honorifique et n'ajoute aucun nouveau droit [33].
        Sur 130 villes ou villages ou châteaux du Comtat, 20 sont des fiefs directs du Saint-Siège, les autres ont un seigneur ou des co-seigneurs ; certains seigneurs sont des ecclésiastiques ou des abbayes comme celle de Cluny pour Sarrians. Serres est un fief de Carpentras depuis bien longtemps (1564) [33].
        Vu le chiffre de certaines populations, des conseils municipaux sont supprimés : c'est le cas de celui de Modène en 1761 et de celui de Crillon en 1775 [33].

        Qu'en est-il de Caromb ?
        Nous réceptionnons notre seigneur en novembre 1729 et nous tirons les boëttes.
        Nous avons vu que de nombreux procès ont opposé la communauté à ses seigneurs et que tous leurs anciens privilèges ont été contestés.         Pourtant, pour la première réception, à Caromb de M. le marquis de Montrevel, de son épouse et de son fils, la communauté offre un tonneau de 6 à 7 barraux (37 litres) de vin vieux, 12 pains de sucre, 12 boites de confitures, 12 livres de cire blanche pour les flambeaux de la table et dédommage la compagnie de soldats qui les accompagne (juin 1732).

        Charles Antoine a deux fils, Esprit Melchior, né en 1735 et Charles Ferdinand François, né en 1736. Ils héritent du patrimoine de leurs parents en 1736.
        Nos co-seigneurs de la Baume-Montrevel portent le titre de marquis de Saint-Martin et sont associés à de grandes familles : de Poitiers, de Rye, de Bourbon. Ces familles n’ayant que des filles, ils voient là une occasion de redorer leur blason.
        Charles Ferdinand François conteste à la maison de Rye de Poitiers, qui s’est éteinte dans plusieurs branches, les biens de la dite maison, en se rapportant pour cela à un testament de Ferdinand de Rye, archevêque de Besançon. Le Parlement de Paris juge que la substitution a pris fin par le défaut de mâle de la maison de Poitiers et que les biens sont libres dans la personne du dernier de ses éléments, à savoir Ferdinand Joseph, son beau-frère, issu du second lit ( de Françoise d’Angluse) [39].
        Ferdinand Joseph est marié à Marie Henriette Gertrude de Bourbon Malaufe qui lui donne une fille. Cette dernière se marie à Gui Michel de Durfort de Lorges, duc de Randan, à qui elle apporte en dot les biens des maisons de Rye, de Poitiers et d’Angluse [39].
        Esprit Melchior et Charles Ferdinand François conservent leur titre de marquis de Saint-Martin. En comparaison, la branche principale, celle des comtes de Montrevel est immensément riche : écoutons ce qu’en dit Alphonse de Lamartine (*62 ) :  « Il y avait à Mâcon, avant la Révolution, une maison de haute noblesse qui dominait tout et qui égalait le luxe des princes : le comte de Montrevel, qui n’allait jamais à la cour et qui mangeait 600.000 livres de rentes. Il avait une écurie de cent chevaux de chasse, un théâtre et une musique à sa solde qui rivalisait avec la musique des Condé de Chantilly ».
Nos marquis de Saint-Martin sont loin d’avoir ce même niveau de vie.

        L'utilisation de l'eau de la commune est réglementée  [33] :

  • - interdiction de faire des prises d'eau sur l'Auzon, sauf pour la construction des maisons et des remparts.
  • - interdiction de prendre de l'eau pour arroser prés et défends dans la rivière au-dessus du village (en amont), de la Pentecôte à la Saint Michel, mais cela est permis en aval, et vice-versa, sauf le samedi.
  • - interdiction de prendre des lauzes sur les rives, les canaux, les fossés.
  • - paiement d'un loyer pour le passage des eaux d'arrosage sur le terrain d'autrui.


        Si l'on s'éloigne un peu de Caromb, on constate que l'agriculture est très dépendante de la situation politique : la lutte douanière entre la France et les Etats pontificaux a repris de plus belle. La France attaque d'abord la soie du Comtat, peu chère, qui concurrence de trop celle de Lyon. Arrêts et édits sont promulgués [33].
        C'est mal connaître nos comtadins qui organisent une contrebande à grande échelle.

        Le roi, par le concordat du 11 mars 1734, s'attaque à la culture du tabac et, à la suite d'un sévère blocus douanier, la fabrication d'indiennes est interdite. D’étroites mesures protectionnistes françaises pénalisent fortement la production des teinturiers avignonnais en faveur des villes françaises voisines comme Orange, Nîmes ou Lyon. L'accord douanier prévoit un dédommagement de 230.000 livres par an en faveur de l'administration pontificale [33].
        Les douaniers français persistent sur la soie et cette industrie disparaît. De même, malgré une contrebande effrénée, l'industrie des cartes à jouer disparaît. Et encore, celle de la poudre car la France passe un accord d'achat du salpêtre [33].
        Les comtadins réagissent par un mécontentement général, devant l'augmentation du chômage, les indemnités françaises dont peu de personnes “ne voit la couleur”, sauf l'administration du pape et l'affaire des monnaies du Comtat que le roi ne reconnaît plus.
        Comprenant qu’il faut demander l’argent de la répartition du tabac, car cet argent est affecté aux communes qui en ont le plus besoin, le conseil se plaint, en juin 1741, qu’il faut réparer les moulins et acheter des meules. Le vice-légat attribue 1.500 livres au trésorier de Caromb. Cette somme permet d’acheter les meules et aussi de réparer le chemin de Carpentras qui en a bien besoin, pour un coût de 1.200 livres (mai 1752). En juin 1746, la ville obtient encore 1.000 livres sur la répartition du tabac.
        En Comtat, un parti pro-français se développe face à un avenir incertain et devant une ruine économique prévisible [33].

Fraude électorale.



        Nous sommes en mai 1734 et comme toujours à pareille époque de l’année, c’est un temps d’élection : consuls, conseillers, procureur, … Mais cette année là, les choses ne se passent pas aussi tranquillement que d’habitude. On constate que la boîte à ballottes a été ouverte et que l’on a enlevé non pas un ou deux noms, mais 21 noms sur 24 ! Carrément ! Les tricheurs n’y sont pas allés de main morte. Il faut prendre des mesures et la boîte est vite équipée de deux clés que l’on confie au viguier et au 1er consul. La méfiance, lors des élections, deviendra permanente.

La poste.



        Vu l’importance du courrier vers l’extérieur (sûrement pour communiquer avec le vice-légat, vu le nombre de ses interventions), la communauté organise son service des postes et se pourvoit d’un porteur de messages, salarié communal. En 1758, le porteur de lettres à Carpentras sera augmenté à 42 livres par an, à condition d’aller prendre les lettres à Carpentras le dimanche et le jeudi. Le «centre de tri» est à Avignon où le courrier est dirigé soit vers la France, soit vers Rome [33].

Nouveaux impôts.



        La commune est toujours endettée. La taille étant déjà élevée, à 4 deniers par florin, et le capage étant à 3 livres par chef de famille, on crée un impôt nouveau, une première “Contribution Sociale Généralisée” à priori sur le bétail, mais qui touche tout le monde :
  •  - pour une vache, 3 livres,
  •  - pour un bœuf, une jument, un cheval, un mulet, 1 livre 10 sols
  •  - la bourrique et l’âne, 20 sols,
  •  et ceux qui n’ont pas de bétail, 20 sols.


        Le paiement des impôts n’a jamais été le point fort du village : en mai 1736, nous devons toujours le fastigage du gouvernement. Un marquis de Rufulini, colonel de la compagnie de chevaux légers réclame l’argent. Un généreux prêteur avance l’argent pour un mois, pour calmer ce noble percepteur.

        Par ailleurs Caromb se défend contre toute tentative de nouvelle imposition : lorsque le vice-légat réclame une imposition de 6 livres sur chaque saumée cultivée au Paty, afin, dit cet écologiste avant l’heure, de sauver le bois devenu rare, le conseil refuse, arguant que cette mesure frappe les plus pauvres (1737).

La communauté de la Sainte-Famille ( *63 ) .



        Monseigneur d'Inguimbert décide de donner à la pieuse communauté de la Sainte-Famille de Caromb sa force définitive par l'érection canonique. Le 28 janvier 1736, il vient à Caromb proposer aux religieuses un règlement. C'est de l'étonnement, puis une opposition presque générale. Il y a dans le village un remuement de la part des habitants. Tous crient à la nouveauté et chacun à sa façon cherche les moyens pour détruire et anéantir le projet épiscopal. Les uns demandent d'assembler un double et un triple conseil de ville pour former des oppositions, d'autres roulent une partie de la nuit dans la ville et vont de maison en maison pour dissuader les bien intentionnés ou pour s'attirer les suffrages. Il y en a qui veulent faire murer les portes de communications avec l'hôpital et faire sonner le tocsin ! L'habile prélat laisse passer l'orage et vient le 2 mars 1736 à Caromb où l'érection se passe dans le calme. La nouvelle communauté est pleine de ferveur et s'intègre, le 16 mai 1740, à la grande communauté des sœurs augustines.

        A Caromb, la fraternité des sœurs est merveilleuse bien que le milieu soit très mélangé. On voit à coté des enfants du peuple, les noms les plus aristocratiques de la contrée ; mais l'union est parfaite car toutes ne veulent être et ne sont que les enfants de Dieu et les servantes des pauvres. Point de privilège, les charges sont données sans distinction d'origine. Elles considèrent les malades comme les seigneurs de la maison.
Mademoiselle Blandine du Barroux est nommée supérieure pour 3 ans, avec, pour assistante, Magdeleine de Villeneuve de Grandis, pour dépositaire, Marianne Durand et enfin M. le curé Curnier est directeur de la communauté [39].

        Quelques mois plus tard, le couvent accueille de nouvelles adeptes : Marie-Louise Thiers, Marguerite Lombard, Jeanne de Camaret, toutes trois de Caromb, Pierre Pascale de Bernard de Pont-St-Esprit, Thérèse de Malatras de Monteux et Marianne Neyras de Malemort. D'Inguimbert fait rentrer Marie Françoise Eydoux en 1742, puis une parente, Elisabeth d'Inguimbert [39].

        Sur ces entrefaites, il se passe un fait qui trouble le directeur Curnier : les deux sœurs de Villeneuve demandent une dispense pour aller recueillir l'héritage de leur frère décédé. Craignant que cet exemple soit suivi par d'autres, l'affaire est soumise à Mgr l'évêque et au dominicain Gauthier et ceux-ci refusent de signer la dispense. Pour éviter, à l'avenir, de tels problèmes, ils décident de lier le couvent à un ordre religieux.

        Les premières démarches de Mgr Guyon de Crochans n'aboutissent pas. Les trois complices s'adressent alors à Mgr Suarez, archevêque d'Arles. Cette fois les pourparlers aboutissent et l'archevêque dépêche à Caromb son frère l'abbé Suarez, les deux sœurs fondatrices du couvent d'Arles, sœur de Francony et sœur de Marteau, ainsi qu'une tourière, avec Charles François de Pélissier, grand vicaire, l'abbé Surian, l'abbé Esbérand, son secrétaire, M. le Promoteur et deux aumôniers[39].
        Tout ce beau monde arrive à la porte de la ville le 12 janvier 1739, à 10 heures du matin, dans deux carrosses et la chaise à porteur de Mgr d'Inguimbert. La cérémonie se déroule suivant l'usage et quelques personnes de la localité sont admises à y assister, notamment M. d'Olivier. La sœur de Francony est nommée maîtresse supérieure, avec, pour assistante, la sœur de Marteau promue Maîtresse des Novices.

        Ainsi ce monastère passe dans l'ordre des Augustines. On l'appelle "la Sainte Famille des Augustines Hospitalières" ( le 12 janvier 1739).
Cet ordre, qui existe depuis le XVIIe siècle et  qui fut créé à Tours par l'abbé Pasquet Bouray, porte la robe de bure blanche avec manteau et voile noirs.
        L'ordre carombais compte alors quatorze sœurs, mais bientôt arrivent de nouvelles adeptes.

        Un an plus tard, l'ordre étant définitivement constitué, la sœur de Francony s'en retourne à Arles, remplacée par sœur de Marteau avec Marie Anne Durand comme sous-prieure et Blandine du Barroux comme Maîtresse des Novices.
Quatre ans plus tard c'est au tour de Blandine du Barroux qui revient une deuxième fois à la direction de ce petit monde [39].

        Cependant M. Curnier note que l'on meurt trop jeune dans ce monastère et s'en inquiète. L'abbé Sage a publié la longue liste des décès de cet ordre :

1742 Marguerite LOMBARD - 20 ans
1742 Marie Françoise EYDOUX - 31 ans
1743 Elisabeth d'INGUIMBERT - 22 ans
1746 Marie Magdeleine ROUSTAN - 27 ans
1747 Marianne NEYRON - 36 ans
1747 Marie de GUERNES - 25 ans
1747 Jeanne Françoise de CAMARET - 29 ans
1750 Claire CONIL - 21 ans
1750 Françoise de BERGIN de BEAUCLOS - 31 ans
1754 Claire Magdeleine de GUERNES - 28 ans
- ici manquent les années de 1751 à 1760 -
1760 Louise THIERS - 61 ans
1760 Thérèse JULIEN - 23 ans
1761 Marguerite de COTTIER - 32 ans

1761 Barbe de GEORGES de GUILLAUMONT - 18 ans
1761 Elisabeth de BEAUMONT de MONTEUX
1763 Marie-Anne DURAND - 57 ans
1762 Thérèse DURRE des BEAUMETTES - 34 ans

        Une liste édifiante !

        On consulte M. Bertrand qui a soigné ces malades, l'apothicaire Renaud et les chirurgiens MM. Pons et fils. Ni les uns, ni les autres, ne peuvent déterminer la cause du mal et ils l'attribuent à l'exiguïté des appartements des sœurs par rapport au nombre de pensionnaires. Il faudrait agrandir les pièces[39].

        Les dames religieuses du monastère de la Sainte-Famille, hospitalières de Caromb, ont acquis une maison et une cour à la Grande Rue Basse qui communiquent avec leur monastère par un corridor traversant la rue. Comme la cour joint les murs de la ville côté levant et que les religieuses veulent se cloîtrer à l'abri des insultes, elles demandent à fermer une porte de chaque côté de leur maison et à ouvrir des portes dans les remparts [58]. La permission est accordée le 11 janvier 1759, à condition de fermer les remparts par une porte à deux serrures.

        Mgr d'Inguimbert, qui aime beaucoup la petite communauté de Caromb, trouve que les religieuses sont en effet mal logées dans leur étroite maison et constate que la mortalité y est grande. D'où l'idée de transporter la communauté à Carpentras et de l'établir dans l'hospice qu'il fait construire à ce moment là. Il meurt avant la fin de la construction, le 6 septembre 1755, laissant la somme nécessaire pour terminer ce bel édifice. Son successeur, Mgr Joseph de Vignoli, vient plusieurs fois visiter les religieuses, souhaitant à son tour, leur transfert à Carpentras. Mais l'abbé Curnier, fondateur de l'ordre s'y oppose. Il faut attendre son décès, le 20 mars 1764, pour que Mgr de Vignoli relance les pourparlers.

        Le 21 juillet suivant, un acte est passé entre les notaires Barjavel, Devillario et Duchêne de Carpentras et Maurice Jérôme Durand, délégué de Caromb, pour le transfert de quatre religieuses de Caromb à Carpentras. Quatre jours auparavant, le 17 juillet 1764, les religieuses sont rassemblées en chapitre et désignent les sœurs du Barroux, P.P. de Bernard, Marie Malachie de St Véran (nièce de Mgr d'Inguimbert) et N. de Trouillet. Puis elles en désignent cinq autres pour les assister : les sœurs Veranne de Trouillet, Louise de Guillaumont, Anna Anasthasie de Florans, Barbe Bihane de Guilhaumont et Thérèse de Brémond. Les quatre premières arrivent à Carpentras le 21 juillet, les autres deux jours après.  Sœur du Barroux conserve ses fonctions de Supérieure [39].

        M. Curnier, par testament, a donné son héritage, constitué de capitaux, de propriétés et d'une maison, à l'hospice et au couvent de Caromb. Les terres sont vendues à des particuliers ainsi que la maison, aux Ursulines. Le tout rapporte 30.000 livres auxquels il faut ajouter 14.000 livres données par une dame charitable avant de mourir [39].

        Plusieurs séances du conseil sont consacrées à cette affaire : vives protestations du conseil à cause des exigences supplémentaires de l'évêque qui demande une chambre à trois lits, une infirmière, un réfectoire pour les religieuses nouvelles qu'il a fait venir de Paris ; défection du vice-légat qui avait d'abord promis sa médiation. Le conseil, «à ballottes secrètes», consent à une transaction avec dédommagement de 3.000 livres, et donne une partie de l'ancien monastère des dames religieuses, puis réunit les capitaux de l'ancienne Charité avec ceux de l'hôpital [58].

        Non seulement les sœurs sont parties, mais elles ont emporté leurs revenus et l'héritage de M. Curnier. La commission de l'hospice s'inquiète de cette situation et délègue trois personnes, MM. Ambroise Gaudibert, vicaire perpétuel de Caromb, M. Curnier, premier consul et Joseph Maurice de Camaret, membre du conseil, pour aller réclamer la somme emportée, propriété incontestable de l'hospice de Caromb, à l'évêque Mgr de Vignoli [39].
Ce dernier, tout en reconnaissant le bien fondé de la réclamation, refuse de restituer la somme, mais propose de restituer mille écus de capital. Les délégués font part du résultat de leur entrevue au conseil de l'hospice qui estime la proposition inacceptable. Les délégués, reçus une deuxième fois par l'évêque, n'obtiennent rien de plus[39].

        Dans le village tout le monde est choqué par une telle attitude, si peu conforme à l'image que l'on se fait d'un évêque et de ses principes religieux.
Y a-t-il procès ? On ne le sait pas, mais l'hospice doit se contenter de la somme proposée.
          La communauté de la Sainte-Famille était née à Caromb en 1683 et elle y avait grandi. Caromb y est attaché, et les sœurs aussi sont attachées à Caromb. La séparation après 81 ans ne se fait pas sans peine. L'hôpital, ce modeste hôpital, témoin des premiers et touchants essais de la charitable communauté, se trouve vide de ses religieuses et sans ressources. Les religieuses gagnent assurément à ce changement, car elles échangent une maison étroite et malsaine pour un magnifique palais, mais Caromb y perd. Pendant 25 ans la vie de la communauté dans le couvent de l'hôpital de Carpentras est tranquille et prospère [55]. La communauté traîne tant bien que mal jusqu'à la Révolution.

L’affaire de St Hippolyte.



        De 1740 à 1743, une affaire avec St Hippolyte ramène des procès. On vient juste de terminer un procès au sujet de la résidence du curé de St Hippolyte, pour lequel les populations de Caromb et de St Hippolyte étaient solidaires, lorsque démarre un autre procès, contre le prieur de St Hippolyte cette fois, afin de le remplacer par un vrai curé. Ce "cumulard" de postes ecclésiastiques est chanoine de St Siffrein à Carpentras, prieur de St  Hippolyte et de la Roque-Alric. Il a la mauvaise idée de réclamer aux habitants de St Hippolyte de payer la dîme sur le blé, le seigle, les légumes, l’huile, le vin, le foin, les noix, les amandes, les feuilles de mûrier, le safran, les jardins, les arbres fruitiers, les abeilles, la laine de mouton, les fromages, bref sur tout ce qui rapporte quelques sous. Caromb, sentant le danger pour ses propres revenus, déclare que St Hippolyte est un fief séparé, ayant son propre seigneur et ses propres officiers.
        Les quelques Carombais qui ont des terres à St-Hippolyte n’apprécient pas,  protestent sur ce “lâchage”, demandent que Caromb prenne fait et cause contre la nouvelle tyrannie du prieur et rappellent la récente solidarité qui unissait les deux communautés pour demander un vrai curé.
Rien n’y fait : le conseil refuse sous prétexte qu’un contentieux existe encore au sujet des bestiaux de St Hippolyte et des dégâts non réparés sur le terroir du village. On débute un procès, puis on préfère discuter des indemnités que Caromb pourrait recevoir, en échange de sa solidarité.

        Quelques-uns, de St Hippolyte, ne sont pas d’accord. Une réunion commune avec une délégation de St Hippolyte, mais sans les “malfaiteurs”, permet de s’entendre. Les réclamations du prieur doivent rester lettre morte.
Quatre ans plus tard, la Sacrée Congrégation de la cour de Rome décide que le vicaire  de Caromb administrera les St Sacrements à St-Hippolyte.
        En août 1738, on envoie une députation à l’évêque de Carpentras pour protester de la nullité d’un décret de 1725 qui supprimait la procession annuelle de Caromb à St Hippolyte et qui était l’occasion d’un bon repas payé par le prieur aux consuls en chaperon, au conseil, au viguier, aux prêtres agrégés et aux officiers du seigneur. Le conseil n’a pas été consulté lorsque cette décision a été prise et cela vaut nullité.
        Un autre contentieux est réglé, celui du salaire contesté du vicaire : il recevra pour salaire ce qui était payé pour les repas du prieur.

        Les relations avec St-Pierre-de-Vassols ne sont pas au beau fixe non plus, à cause de quelques propriétaires carombais qui ont des terres dans cette commune.

        Le 4 février 1726, les Falque de la Tuilière « partent pour Beaumont trouver au château leur seigneur Messire Frédéric-Eugène, Comte de la Beaume, Baron de Caromb, Saint-Hippolyte et autres lieux », au sujet des eaux de la Tuilière.

        En 1722, le notaire carombais s'appelle Reynaud [148]

Travaux au clocher et dans l'église.



        On décide de faire voûter le clocher, d’élever ses murailles en forme de tour avec créneaux de pierres de taille, plutôt que de le couvrir d’un toit comme un grenier à foin. Côté finance, on dispose de 500 livres, sans intérêt, prêtées par le vicaire et on prévoit le remboursement de cette somme par une imposition sur l’utilisation des cloches : laïcs ou ecclésiastiques utilisateurs des cloches paieront : 30 sols pour la grosse cloche, 20 sols pour la vieille. Le budget prévisionnel laisse penser qu’on aura un surplus d’argent. On pourra l’employer pour faire une croix et six chandeliers en argent pour le maître-autel (1739).

        Le vicaire bailleur de fonds demande que les murailles soient élevées de trois pans afin de surélever les cloches dont le son se brise contre les murailles du château plus élevées et ne parvient pas aux fidèles qui trouvent là une excuse pour aller au cabaret plutôt qu’aux offices. Le clergé ne perd pas une occasion de rappeler ses troupes !

        Trois ans plus tard, suite à une visite pastorale de l’évêque de Carpentras, il est décidé de paver à neuf l’église et d’y établir des caveaux décents, pour un coût de 4.000 livres. On en profite pour refaire les bannières de St Roch et de St Maurice.

        En 1752, sur insistance de l’évêque, on répare la “bardaison” du dallage de l’église. La dépense sera couverte par les droits de sépulture dans l’église : 30 sols roy pour les grandes personnes et 15 pour les enfants. Les indigents vont au cimetière, gratuitement. On entreprend les travaux sur des plans dessinés par un architecte de Carpentras : terre et ossements sont retirés du sous-sol de l’église et transportés soit au cimetière, où une bande de terre d’une canne de large a été prévue le long du mur d’enceinte, soit au-dessous de celui-ci, dans le chemin de Carpentras.
        Deux ans plus tard, les habitants protestent que 14 caveaux sont insuffisants sous les dalles de l’église puisque l’on compte environ 100 morts par an à Caromb. Il suffirait d’avoir l’autorisation de l’évêque pour agrandir, en transportant la terre de l’église dans les champs.

La guerre de succession d’Autriche (1742-48).



        La mort de l’empereur d’Autriche, en 1740, déclenche une nouvelle guerre de succession. Les rois de France, de Prusse, d’Espagne, de Naples, de Pologne et de Sardaigne réclament, en totalité ou partiellement, l’héritage de l’empereur [72].
        Les troupes franco-espagnoles, appelées les "Gallispans", s’opposent aux Anglo-Sardes. Louis XV, roi de France,  déclare la guerre aux Sardes, qui, à nouveau, envahissent la Provence, en décembre 1746.
        La France est d’abord battue et refoulée jusqu’à Fréjus. Les troupes françaises arrivent dans le Comtat et prennent leurs quartiers. Un commissionnaire des fourrages pour les troupes conseille, par lettre confidentielle à nos consuls, d’éviter le logement d’un escadron en fournissant du fourrage. Chacun, sauf les pauvres, fournit une charge de foin ( mars 1747).
Comme toujours pendant les guerres, il faut de l’argent. Le général de l’armée de Provence réclame un emprunt à répartir entre nos villages en fonction de leur importance (avril).
          La situation s’améliore pour la France grâce à une révolte de Gênes et les sardes se replient.
          Caromb doit encore fournir chevaux et charrettes pour le transport des troupes passant à Carpentras. Le conseil préfère louer tout cela à Carpentras.
        Pendant la guerre, puis jusqu’en 1750, les prix augmentent et le conseil doit les ajuster pour suivre l’inflation : un jour de voyage pour un de ses délégués est payé 4 livres 10 sols au lieu de 3 livres. Le prix du sel est augmenté de 6%.
        Le traité d'Aix-la-Chapelle met un point final aux guerres, en 1748. Les Français évacuent. Marie-Thérèse d’Autriche garde son empire, sans la Lombardie. La paix s’installe, pour longtemps.

 

Suite : la chronologie historique (chapitre XVIII).

Retour