... Famille d'AGOULT

voir brochure sur Calameo


- D'or au loup ravissant d'azur langué et vilainé de gueules. PIT IV-29
- d'or au loup ravissant d'azur, armé, langué et vilainé de gueules.    PIT II-149 IV-93
- d'or au loup ravissant d'azur, armé, lampassé et vilainé de gueules. ART
agoult .....
 
- Aussi : Écartelé : au 1 d'or, au loup rampant armé et lampassé d'azur; au 2 d'azur à trois tours d'or; au 3 palé d'argent et d'azur au chef d'or; au 4 d'or à deux lions d'azur.
agoult2
D'or au loup ravissant d'azur armé et lampassé de geules, au chef de gueules chargé d'une croix d'argent, pour Antoine Jean d'Agoult (1750-1828)
aoult armes
Le sceau.        o   La fausse légende du loup  
Fouquet d'Agoult
Armoiries des chevaliers de l'ordre du Croissant, institué par René d'Anjou, ms. fr. 5225
Statuts de l'ordre du Croissant, fondé par René d'Anjou (1448), ms. fr. 25204
(source : BNF gallica.bnf.fr)
agout fouque croiss1  

agoult-isnard
agoult


Isnard d'Entrevenne

agoult isnard

Blason de François d'Agout- Seillons
Grand Prieur de St Gilles 1682-1684

seillons

Honoré de Flotte d'Agoult

sg de St Auban HOZ
f-a-h
 
André Balthazard d'Agoult,
baron d'Ollières
Armorial de Provence , HOZ

agoult hoz
Tableau des différentes branches

tableau

Les fiefs

fiefs

art agoult        agoult3
ART                             Mistarlet

Complément :

REGESTE DAUPHINOIS
N°154
En 1118. Léger (Leodegarius), évêque d'Apt, lègue après sa mort aux filles et fils de son frère Ragimbaudla moitié
du château de Cordéac et la grande tour d'Apt ; il reçoit comme « institution » 500 sols ajoute sa part de la ville d'Apt. Témoins
Bibl. de Grenoble, ms. 1455 (J. Ollivier, Archives historiques du Dauphiné, t. XV), f° 132. Tab. eccl. Aptensis.

R.D. N°155
Vers 1119.
Léger (Leodegarius), évêque d'Apt, donne en fief, avec le consentement de son chapitre, à Guiran et Bertrand, fils de Raimbaud d'Avolt,
tout ce que Boniface de Rellana tenait, dans le territoire appelé Torita, pour l'évêque d'Apt. Par le même acte, il donne à Guiran, Bertrand et Rostaing,
fils de Sainte, toute la terre qu'il a reçue de son père Rostaing ; il s'en réserve l'usufruit,sa vie durant.« La terre que j'ai reçue de mon père Rostaing, c'est Garda, Sorgueta, Jocatum et Gargatum ».
Bibl. de Grenoble, ms. 1455 (J. Ollivier. Arch. hist. du Dauph. XV), f° 135

R.D. N°4626 24 juillet 1348.
Donation par Raymond d'Agoult, comte de Sault, grand sénéchal de Provence en faveur de la reine Jeanne, de terres et place de Cornillon,
Cornillac, Rémuzat et autres lieux de la Valdoulle (Drôme).
Arch. des Bouches-du-Rhône, B. 537 Invent. I, 140 a


Source : Etat présent de la noblesse Française, 1886.

AGOULT(d').
1) Louis-Charles-Marie- Fouquet, marquis d'A., né le 2 avril 1844, marié le 3 juin 1875 à Bathilde de Montrichard, au château de Vandœuvre , près le Mans (Sarthe).
2° Marie, née en 1842, mariée au comte Chayla en 1861, veuve en 1873, château de Mazouet, (Sarthe).
3° Alphonse- Charles, comte d'A., au château de la Varenne (Allier), veuf de Stéphanie DE LA Varenne, dont :
a) Raimond, vicomte d'A., marié à Eiilalie Moreton de Chabrillan ;
b) Alix d'A., mariée à Paul de Moreton de Chabrillan.
4° Antoine- René-Fouquet,  comte d'A., marié à Winefred O'Connor, comtesse de Lubersac, décédée, dont : a) Bèatrix ; b) Hector; c) Marguerite.
5° Henri-Théodore, vicomte d'A., à Thuclain, près Bourgoin (Isère);
6° Charlotte d'A., mariée au chevalier de Faverges.
7° Louise d'A., mariée à, C. d'Anselme.
8° Armande d'A., mariée à M. de Villenouy
 9° N..., religieuse.


Belleguise :
La famille de Vincens , srs de Rognes, suivant ce que rapporte Louvet, dans son Histoire des troubles de Provence, sur le cha-
pitre d'Agoult(*) et suivant les défenses données par écrit, au procès entre les héritiers de Fouquet d'Agoult et de Fouquet Vincens,
qui prouvent que celui-ci naquit, sous le mariage de Marie Saure et de Jean Vincens, sr de Rognes, et des amours
de Fouquet d'Agoult et de Saure. D'Agoult fut son parrain et chérit aussi tendrement le filleul que la mère. Il le fit élever comme son fils,
sous le nom de son filleul, lui légua, par son testament, la terre de Volonne et plusieurs autres biens. Il le substitua généralement à
tous ses biens, à l'exclusion de ses neveux, le chargea de porter son nom et ses armes. Fouquet d'Agoult marqua, par la brisure
qu'il mit aux armes de son filleul, son état naturel. Il le chargea de porter : d'or, au loup d'azur, au collier d'argent, pour brisure,
afin que, comme le porte la clause de son restament, les autres loups n'étranglassent celui-ci, il l'arma d'un collier. Les descen-
dants de Fouquet Vincens ont quitté cette brisure. Depuis que la famille d'Agoult a été éteinte en mâles, il n'y a plus personne
qui puisse les obliger à la reprendre.
Les srs de St-Juers, de St-Laurent, de Valée et de Roquebrune ont pour tige ce Fouquet Vincens. Ils ont toujours pris le nom et
les armes d'Agoult, ce qui a fait croire aussi à plusieurs qu'ils en étaient d'origine et que le nom de Vincens n'était pas celui de
leur famille, mais un nom propre qu'ils se perpétuèrent de l'un à l'autre, quoiqu'elle ne soit pas d'Agoult et qu'elle n'en ait que le
nom, par l'adoption de filleul de Fouquet d'Agoult.

Cette famille est noble de toute ancienneté par le seul nom de Vincent. Pierre de Vincent est qualifié chevalier dans une délibé-
ration de l'hôtel de ville de Marseille, de l'an 1314, aux archives de cette maison commune. Ce Pierre de Vincent et Jacques, son
frère, étaient capitaines de quatre galères, en leur propre ; avec elles ils prirent un navire gênois, ce qui se voit aux archives de Mar-
seille, l'an 1328. Raimond Vincent, cosgr de Rognes, était syndic de la ville d'Aix en 1399, il fit hommage à Louis II d'Anjou, com-
te de Provence. J'ai trouvé ensuite dans toutes les chartes de la ville d'Aix, les Vincent qualifiés damoiseaux et illustres. Leurs
armes sont, comme il a été dit, celles d'Agoult.

AGOULT-FLOTTE. — Le nom et les armes d'Agoult ont été encore transmis par la famille de Vincent d'Agoult à celle de Flotte, par
le mariage de Marguerite d'Agoult-Vincent, fille unique de Raimond d'Agoult-Vincent, sr de St-Auban, avec Jean Flotte, sr de
Meaux, par elle sgr de St-Auban. Leurs descendants ont porté le nom et les armes d'Agoult. Il en sera parlé au chapitre du nom de
Flotte.

AGOULT-RAPHÉLIS. — La famille de Vincent a encore donné le nom et les armes d'Agoult à celle de Raphélis,
en suite du mariage de Julie de Vincent d'Agoult avec Honoré de Raphélis, sr de Courmes, dont ils eurent la terrre de Rognes.
Il sera parlé de la noblesse de Raphélis, au chapitre de leur nom. On ne fait que marquer ici d'où la famille de Raphélis a eu
le nom et les armes d'Agoult.

(*) L'origine adultérine de Fouquet Vincent paraît incontestable et ce ne fut que grâce à l'extinction des Agoult de Sault et de la Tour d'Aigues,
qu'un accord se fit, après 75 ans de procès, entre les ayant-droit du baron de Sault et les Vincent. On en trouve un des derniers échos, dans un acte
du 25 avril 1570 (Georges Viani, à la Tour d'Aigues), contenant donation par Jean-Louis-Nicolas de Bouliers, vicomte de Demons, sgr de Cental,
à Deschambres, son procureur, praticien d'Aix, en récompense des services à lui rendus, au procès qu'il venait d'avoir, conjointement avec feu
mre François d'Agoult, dit de Montauban comte de Sault, contre Raimond, Arnaud, François, Marguerite, Blanche et Catherine « eux disant
d'Agoult » dicts Vincent, et Claude d'Alagonia, sgr de Meyrargues, héritier de feue Antoinette d'Agoult, dit Vincent, sa mère, demandeurs à
cause de la substitution du testament de feu mre Fouquet d'Agoult, dit Vincent, sr de Sault, de la Tour d'Aigues, contre feu Honoré d'Agoult,
dit Vincent, sr de Rognes ; ledit procès gagné par led. sgr de Cental et Gerfroy de Sault, par arrêt du parlement de Paris, du 19 mars 1569. (In-
sin. d'Aix).

Fouquet Vincent d'Agoult, sgr de Rognes, le fils de Marie Saure, ép. à Arles, le 6 mars 1490 (Jean Dedons, f° 106), Jeanne Boyc, fille de Trophime
(qualifié domicellus de Arelate, bien que son père ne fut que simple bourgeois) et de Trimonde de Renaud, dont il eut 12 enfants, ce qui lui valut
une diminution d'impôt (I). Voici quelques indications sur les branches de sa descendance, qui ne se trouvent pas dans Artefeuil et l'abbé Robert.

Raimond d'Agoult, sgr de St-Auban, fut adopté par son grand'père Trophime Boyc, par acte du 12 août 1512 (Menhinat, à Arles) et fut son
légatataire, conjointement avec sa sœur Philippe d'Agoult, dame religieuse de St-Césaire, à son dernier testament du 13 août 1512 (ibid.), avec obli-
gation de porter ses nom et armes, ce qui ne paraît pas avoir été exécuté. De sa femme Antoinette de Raymond d'Eoux, il laissa :
a) Auban d'Agoult, marié Iole ) mars 1561 (Mouton, à Grasse) à Françoise de Grasse-Bormes, 20 le 20 juin 1563 (Allein, à Bargemon), à Marguerite de
Villeneuve-Vauclause, il mourut sans postérité.
 b) Marguerite d'Agoult, mariée à Jean de Flotte, qui recueillit l'héritage de cette branche d'Agoult.

François d'Agoult, frère de Raimond, laissa, outre Balthazar, dont la descendance fut maintenue par Belleguise : Hélione, mariée le 19 oct.
1597 (Chailan, à St-Juers) à Louis de Requiston. et Jean-Claude, sgr de Vallée, qui épousa à Roquebrune, le 4 fév. 1625 (Juigné, Gén. Ville-
neuve), Marie de Villeneuve-Boades, d'où: Esprit, marié le 7 août 1668 à Isabeau de Marquesi. Cette branche paraît être assez déchue
de sa situation sociale.

Arnaud d'Agoult, sgr de Moriès, chevalier de St-Michel, laissa de Lucrèce de Jarente-Senas, fille de Claude-Gaspard et de Marguerite de Pontevès :
1 Claude, marié à Aix, le 3 novembre 1596 (Bioule) à Douce André, fille de Bertrand et de Madeleine Ferrand.
2 François, marié à Aix, le 18 déc. 1575 (François Mathéy), à Melchione de Bompar, fille de
Vincent, sgr de Magnan, président à la cour des Comptes, avec l'assistance de son oncle François d'Agoult d'Angles.

Honoré d'Agoult, sr de Rognes, épousa 1) Madeleine de Villages, 20 à Rognes, le 9 avril 1568 (Jean Simon), Madeleine Arquier, de basse
extraction, veuve de Guillaume Daubezat et de Pierre Savone, et fille de feu Jaumet, de Marseille, laquelle Madeleine était sa maîtresse depuis
longtemps. Madeleine testa à Rognes, le 7 juillet 1590 (Jean Fabre), en faveur de ses petites-filles : Madeleine, Marguerite et Isabeau d'Agoult,
filles de son fils Nicolas. Honoré d'Agoult testa à Rognes le 31 janv. 1568 (ibid), mentionnant ses fils : François, époux de Marguerite de Seytres,
feu Joseph, époux d'Antoinette Guigon, et père d'Honoré, qu'il institue héritier. Les enfants d'Honoré sont :
1 François, marié le 12 janvier 1559 (Andrieu) à Marguerite de Seytres, fille de Balthasar et Catherine Manaud, et décédé sans postérité.
2 Joseph, marié à Antoinette de Guigonis, qui testa à Rognes, le 2 sept. 1596 (Jean Simon) ; elle se dit veuve en premières noces de N. de Baschi,
en deuxièmes, de Joseph d'Agoult et, en troisièmes, de Balthazar de Varey, sgr de Manteyer, elle lègue à sa fille Louise de Varey,
veuve de Charles du Faur, sgr de la Serre, à Julie d'Agoult, sa petite-fille. Elle mourut le 11 sept. suivant. D'où :
Honoré, marié à Madeleine de Pellicot, fille de Boniface, président au parlement, transigea le 27 août 1577 (Henri Simon, à Rognes),
avec ses beaux-frères Jean et Joseph de Pellicot. Il mourut d'accident en 1580, laissant:
    a) Bernard,
    b) Julie, mariée en 1597, à Henri de Raphélis. Madeleine de Pellicot se remaria le 22 oct. 1590 (Fabre, à Rognes) à Eris de la Salle.
3 Nicolas (fils naturel) épousa à Rognes, le 19 oct. 1578 (Jean Fabre), Honorade Olivier, fille d'Elzéar et Antorone Robaud. Il testa à Rognes le
14 août 1588 (ibid), léguant à ses filles Madeleine et Marguerite et instituant héritier le ventre de sa femme. Il mourut peu après et sa veuve
était remariée, dès 1590, avec Hugues Poussel, fils d'Antoine et de Melchione Derbès.
 4 Marguerite, mariée le 8 sept. 1545 (François Albin, à Rognes) avec Gaucher de Mathieu, sgr du Revest.




 
Archives départementales :
- Contrat de Mariage entre noble Balthasar d'Agout, sieur d'Angles et coseigneur de Saint-Laurent et de Saint-Jurs, fils de feu François, seigneur desdits lieux, chevalier de l'ordre du roy,
et de damoiselle Françoise de Castellane, ««
douairière d'Angles », d'une part, et damoiselle Anne d'Aguilhier, fille de noble Cyprien, sieur de Lespeau, et de damoiselle « Oriane » Arnaud, 25 avril 1594
(AD04, fol. 346);
- Contrat de Mariage entre noble Jean d'Agoult, sieur d'Angles, coseigneur de Saint-Jurs et de Saint-Laurent, fils de feu noble Balthasar,
et de damoiselle Anne d'Aguilhier, assisté de F. Roland d'Agoult, chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, commandeur de Gap, et de noble François
des comtes de Vintimille et de Roux, sieur de Montpezat, ses oncles, d'une part,
et damoiselle Melchionne de Marin, fille de noble Paul, sieur de Saint-Michel, et de damoiselle Diane d'Arnaud, 3 mars 1633 (fol. 981 v)
- 1784-1789 : Provisions de juge de la co-seigneurie de Vinsobres et de lieutenant du juge de Piégon, données à Brochery,
par Justine-Espérance d'Agoult de Montmaur, duchesse de Montpezat, dame de Piégon, Bénivai, Mérindol, etc

(Inventaire sommaire des archives départementales de la Drôme  page 224-225 / 560)
- AD84 : hommage par Louise d'Agoult,comme tutrice de Louis de Montauban, pourSaint-Saturnin d'Apt, Puyréal et Crochant.


Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France - tome 29 - Edité en 1897 - Source: Mr Lafonta

3565. Archives des familles Doni et Fournier d'Aultane. Anciens titres de Goult ou d'Agoult, du XIIIe siècle.
Fol. 1, Vidimus par Pierre Thomas, viguier et juge de toute la terre de la vallée de Sault, des chartes suivantes présentées par Foulques
d'Agout, seigneur de Forcalqueiret : 1° Ratification et confirmation par Raymond Bérenger, comte et marquis de Provence et comte de Forcalquier,
en faveur de Raymond et Isnard d'Agoult, seigneur d'Agoult et de la vallée de Sault, des privilèges et droits de juridiction accordés
par ses prédécesseurs àleurs prédécesseurs ; Raymond Bérenger accorde en plus les régales hautes et basses, le droit de terminer et juger les procès
civils et criminels, « gladiique potestatem » sans appel, le droit de parcourir librement les comtés de Provence et de Forcalquier avec
trente chevaliers armés, etc. 20 juin 1224.
2° Confirmation par Charles Ier, roi de Jérusalem et de Sicile, comte de Provence et de Forcalquier, en faveur de Raymond d'Agoult, seigneur de Sault,
des privilèges, statuts, libertés, etc., accordés à ses prédécesseurs. 6 septembre 1284. -
3° Même confirmation par Charles ll, roi de Jérusalem et de Sicile, etc, pour Isnard de Pontevès, dit « d'Antravenas »,
seigneur d'Agoult et de la vallée de Sault, à cause des nombreux services rendus au Roi par celui-ci et sa famille. 13 février 1294.  
4° Même confirmation par Robert, roi de Jérusalem et de Sicile, etc., pour Raymond d'Agoult, seigneur de la vallée de Sault. 12 février 1321.
5° Confirmation par Louis et Jeanne, roi et reine de Jérusalem et de Sicile, en faveur de Raymond d'Agoult, seigneur des vallées de Sault et
de l'Oule et sénéchal des comtés de Provence et de Forcalquier, des privilèges accordés par Ie comte Bérenger, les rois Charles I", Charles II
et Robert; vérification des diplômes octroyés par les empereurs des Romains Frédéric Ier (Arles, 1178) et Philippe II (Spire, 1204), et
remise audit Raymond et à ses successeurs de l'hommage et du serment de fidélité prêtés par Isnard d'Kntrevènes au roi Charles II, ainsi que
des 2,000 livres provençales payées à l'occasion dudit hommage. 24 mai 1352.
6° Confirmation par Louis, roi de Jérusalem et de Sicile, en faveur de Raymond d'Agoult, seigneur de Sault et grand camérier du royaume de Sicile,
des privilèges accordés à lui et à ses prédécesseurs. 2 janvier-18 août 1384.
7° Hommage prêté par Raymond d'Agoult, seigneur de Sault, vicomte de Reillane, à Louis d'Anjou, roi de Sicile et de Jérusalem, pour Ies terres
qu'il tient de la our du Roi dans les comtés de Provence et Forcalquier, et pour les « provisions » qu'il a sur Ies bords du Rhône. 31 août 1399.
Le vidimus est du 2 septembre 1416.
Fol. 2. Donation par Isnard d'Entrevènes, fils de feu Imbert d'Agoult, à Agoltet, son frère, gendre du jurisconsulte Bernard Boti,
de tout ce qu'il a de l'héritage et des biens de son père. 2 juillet 1255.
Fol. 3. Nomination par les habitants du « castrum » inférieur de Goult, assemblés sur Ia place publique, de Pons Damian et Damian,
pour leurs syndics et procureurs, avec pouvoir de conférer à Rostang d'Agoult, seigneur dudit lieu, «omnejus quod habent vel usi sunt habere
in vicibus consulatus dicti castri inferioris ». 5 mai 1269.
Fol. 4. Vente de terre par Guillaume Damian, - castri de Agoldo inferiori- ,à Guillaume de Sault, damoiseau, seigneur dudit «castrum". 27 août 1277.
Fol. 5. Mariage d'Imbert d'Agoult, damoiseau, seigneur de Goult en partie et des Baumettes, avec Béatrix, fille de Jean Laugier, damoiseau.
21 octobre 1285. Acte passé en présence de Raymond Boti, évêque d'Apt; « Bartholinus de Grossis, jurisperitus a ; Thibaud Boti, d'Apt;
Aicard et Bertrand Boti, etc.
Fol. 6. Vente des seigneuries d'Urban et de Laroque-AIric par Raymond d'Agoult, « dominus de Balmis et de Luco 
» ., à Isnard de Mormoiron,
seigneur de Modène. 10 janvier 1288.
Fol. 7. Vente de terre aux Baumettes (de Balmetis), près du Coulon (juxta Caudalionem), par Raymond et Bertrand Vitalis, frères, de
Ménerbes, à Pierre « de Balma n. 24 octobre 1288.
Fol. 8 et 9. Testament d'Isnard d'Agoult, damoiseau, fils de feu Agoult n de Balmeta ». 7 mai 1290. Acte passé en présence de Raymond
Boti, évêque d'Apt; Guillaume Pons, prieur de Saint-Nicolas
d'Apt; Ripert de Viens, iils de Raybaud de Viens. 7 mai 1290.
Fol. 10. Bail emphytéotique par « Rixens de Balma » et Guillaume Bermond, seigneur de Maubec, du consentement de Raymond d'Agoult,
à Raymond Fabre, de Gordes, d'un moulin sis aux Baumettes, auprès du Coulon. 20 août 1293.
Fol. l l . Institution par Guillaume « Ortolani » , bailli et procureur des seigneurs de la vallée de Sault, de Pons Blanqui,
comme bailli de ces mêmes seigneurs à Goult pour la quatrième partie de la juridiction majeure et de la seigneurie
qu'ils ont dans le château dudit lieu. 7 décembre 1297.
    Parchemin. Liasse de l l feuillets. (Le fonds des archives Doni et Fournier d'Aultane a été acquis en 1865.)

3564. Archives des familles Doni et Fournier d'Aultane. Anciens titres de Goult, du XIVe siècle.
Fol. 1. Sentence de« Carnevarius, alias Carnilibarius, de Ricardis .., juge délégué par Charles II, roi de Jérusalem et de Sicile, révoquant
la procédure criminelle intentée pour divers méfaits contre Raymond de Sault d'Agoult, fils de Guillaume de Sault, qui a justifié de sa
qualité de clerc. 2 juin 1307.
Fol. 2. Contrat de mariage de Guillaume de Sault, fils de Raymond, seigneur a castri inferioris de Agouto - , et d' a Agnita », fille de
Rostang du Barroux, damoiseau, seigneur en partie du chàteau du Barroux. 21 janvier 1311.
Fol. 3. Six reconnaissances, dont cinq en faveur de Pierre Ayme, du « castrutn » de Goult, et une en faveur du même et de Guiraud de
Simiane, chevalier. 27 septembre 1311. Deux autres reconnaissances en faveur des mêmes personnes, seigneurs directs de Goult par
indivis. 25 avril 1314.
Fol. 4. Quittance donnée par Bertrand de Sault d'Agoult, fils de Guillaume de Sault, seigneur du « castrum » inférieur de Goult, à son
frère Raymond de Sault, héritier universel de leur père, de 50 livres à lui léguées par celui-ci, et renonciation par Bertrand à ses droits sur
Ia dot et la succession de leur mère « Rostagna - , fille de Raymond - Autrici
» , chevalier d'Apt, Ia succession de leur père et de leurs
frères Rostagnet et Guillaume. 15 novembre 1311.
Fol. 5. Mise en liberté par Gilles Raymond, bailli et juge de la cour du Roi à Apt, 1° à la requête de Pierre Lautard, procureur d'Agoult
d'Agoult, seigneur en partie du château de Roussillon, et de Raymond Isnard, bailli de Raymond d'Agoult dans ledit château, de Bertrand
Calhoîi, crieur, emprisonné pour avoir crié de Ia part d'Agoult que toute personne possédant des biens sous sa directe lui en fasse reconnaissance;
2° à la requête dudit Lautard, de Pierre Augier, bailli d'Agoult d'Agoult, incarcéré pour un crime dont Raymond d'Agoult prétendait connaître.
3 mai 1313.
Fol. 6. Quittance de 50 livres donnée par Bertrand de Sault à son frère Raymond de Sault, seigneur du « castrum » inférieur de Goult.
21 octobre 1314.
Fol. 7. Vente de cens sur un jardin par Raymond - Beaterii », du chàteau de Baumettes, à Raymond de Sault, seigneur du chàteau
inférieur de Goult. 27 avril 1317.
Fol. 8. Vente au même par Bertrande, femme de feu Bertrand Massot, d'une cave (crota) dans ledit « castrum « . 8 novembre 1318.
Fol. 9. Bail emphytéotique d'une vigne à Oppède par Raymond Guiton, de Roussillon, à Pons « Marcolsi >., moyennant un cens
annuel de 2 mines de seigle et de 12 petits deniers johannets. 16 novembre 1319.
Fol. 10. Autorisation accordée à Raymond de Sault, seigneur en partie de Goult, lors de la visite de l'église paroissiale dudit lieu, par
Etienne Plantier, official de Cavaillon et vicaire général de l'évêque Geoffroy, d'ériger dans cette église une chapelle et un autel sur le
tombeau de son gendre, et de placer dans cette chapelle des bancs pour lui, son iils Guillaume, son frère Bertrand et leurs femmes.
4 septembre 1326.
Fol. l l . Testament d'Agoult d'Agoult, seigneur du château des Baumettes et en partie des châteaux de Goult, Roussillon et Ménerbes.
9 mars 1330.
Fol. 12. Présentation par Raymond de Sault au notaire Raymond 
« Gaufridi » d'un cartulaire d'enquêtes contenant entre autres celle
qui a été faite, le 12 avril 1325, contre Rostang - Raolps », de Goult, et consorts, accusés du port d'armes prohibées et de rixe. 30 avril 1330.
Fol. 12 bis. « Sentence sur la jurisdiction dudict lieu [de Goult] d'entre noble Refforciat d'Agoult, seigneur de Agout, et noble Hugues de
Cavalhon, coseigneur dudict lieu, son vassal. » 4 février 1330.
Fol. 13. Assises judiciaires tenues à Goult, — dans le bref (brève) ou portion du château de Goult, possédé par Hugues de Cavaillon
sous lasuzeraineté de Refforciat d'Agoult, —par Isnard Hospitalier, juge ordinaire de toute la terre en deçà de la Durance dudit Refforciat, seigneur
de Goult, de Trets et en partie de la vallée de Sault, Guillaume a de Mola n, procureur du même, et Raymond « Escarpiti », damoiseau,
bailli majeur du même à Roussillon et Goult; condamnation de Guillaume - PecoUi - et Pierre Clavel, accusés de vols dans l'exercice
de leurs fonctions de banniers; acquittement d'Isnard de Cavaillon, fils naturel d'Hugues de Cavaillon, accusé d'avoir volé des glands à un
Juif. 29 août 1331.
Fol. 18. Accord arbitral passé par-devant Guiraud de Sault, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, Pierre « Autrissi », damoiseau d'Apt,
et Guillaume Bermond, coseigneur de Maubec, entre Raymond de Sault, coseigneur de Murs, et Guillaume de Sault, seigneur du château
inférieur de Goult, au sujet d'une dette contractée par Raymond de Sault, père de Guillaume, envers Rostang de Sault, seigneur de
«  Liheus » et père du coseigneur de Murs. 14 juin 1340. Fol. 19. Quittance donnée par u Feraldus de Pacciis », marchand
florentin établi à Avignon, à Imbert d'Agoult, seigneur en partie de Goult et Roussillon, et à son frère Agoult, tous deux fils d'Agoult
d'Agoult. 6 juillet 1340.
Fol. 20. Cession par « Milsonda », veuve de Bérenger « Raymundi -, chevalier d'Avignon, à sa fille Douceline, femme d'Imbert d'Agoult,
de tous les droits que celle-ci avait sur la succession de son père, et donation à Ia même du reste de la dot que les héritiers dudit Bérenger
devaient restituer à sa veuve, l l janvier 1342.
Fol. 21. Ratification par Imberton, fils d'Imbert d'Agoult, coseigneur « de Balma « , de tout ce qu'a fait ledit Imbert, en qualité de
légitime administrateur de ses biens, dans les causes pendantes au palais de la Reine à Avignon (Jean de Revest jeune et Pierre de Marculphe,
professeurs ès lois, commissaires délégués) entre lui et Guillaume c Raymundi », d'Avignon, fils de Béranger - Raymundi ».
14 février 1345.
Fol. 22. Testament d'Imbert d'Agoult, coseigneur du château de Goult. 8 mars 1345.
Fol. 23. Confirmation de tutelle sur ses enfants mineurs par Pierre Ricard, official de Cavaillon, à Douceline, veuve d'Imbert d'Agoult.
4 avril 1346.
Fol. 24. Emprunt de 300 florins d'or à Niccolino Mazaburra, - de  Alba », marchand en cour romaine, contracté par ladite Douceline,
son fils Imberton d'Agoult et son beau-frère Jacques d'Agoult.
28 juin 1347.
Fol. 25. Nomination par Roger - de Relania » , seigneur « de Roynacho - , et « vicarius generalis » de François « de Bausio, comitis
Montiscaveossi et Andrie ac Bere dominique Misonis, Teani et Manili r., à la requête de la même Douceline, tutrice de son fils Barral d'Agoult, 
des personnes suivantes, comme « actores » dans les causes dudit Barral : Pierre de Sault et Amiel de Cavaillon, coseigneurs de Goult ;
Pierre « Capellani », notaire; Vassadel « Vassadelli », seigneur de Vacqueyras; Mehon de Saint-Saturnin, coseigneur dudit lieu; Guillaume
Laugier, coseigneur de Ménerbes; Bernard de Saint-Saturnin,  coseigneur de Maubec, etc. 5 mars 1349.
Fol. 26. Vente de pré par Guillaume « Caprici » , damoiseau, du chàteau de Goult, à Pierre de Sault, chevalier, seigneur du château
inférieur de Goult. 12 mars 1349.
Fol. 27. Quittance donnée par Pierre Artaud, prêtre et vicaire de   l'église de Sault, agissant comme exécuteur testamentaire de Pierre de
Sault, Hermengarde, sa femme, et Monnette, leur fille, et par les ouvriers des oeuvres des églises de Sault (dont Raybaud d'Agoult,
damoiseau de Sault), à Rostang de Sault, damoiseau, payant pour son  frère Pierre, du prix de la vente des biens desdits défunts Pierre de
Sault, Hermengarde et Monnette. 14 juin 1350. Acte passé « apud Saltum, in capitulo curie dicti loci, ubi jus redditur ...
Fol. 28. Bail emphytéotique d'un jardin par Rostang de Sault, damoiseau, procureur de son frère Pierre, chevalier, à Guillaume
Raybaud, de Sault. 7 avril 1351.
Fol. 29. Bail emphytéotique d'une terre à Goult, par Jacques « Daurelli », damoiseau, de Lacoste, à Pellegrin « Gaufridi ..,
damoiseau, de Goult. 18 janvier 1352.
Fol. 34. Quittance donnée par le Juif « Boujusas Calti n à Raymond  Barral, payant pour Charles Rolland, tous de Saint-Remy. 25 octobre 1357.
Fol. 35. Donation par Raymond d'Agoult, « miles egregius », chevalier des vallées de Trets et Forcalqueiret, à son écuyer bien-aimé
Agoult d'Agoult, fils de feu Imbert, coseigneur •• de Balmis » et de Goult, en considération de ses services, de tout ce qu'il possède dans le château
et territoire de Goult et dans le territoire de Saint-Pantaléon, sauf les droits de majeure seigneurie qu'il se réserve, ces biens lui
étant venus d'Amiel de Cavaillon, son vassal. 7 novembre 1357. Au  dos de l'acte : - Yeu, Barral d'Agout, doni ad Agout, frayre mieu,

totz les dretz que yeu podi aver per rason d'aquesta carta en una autra carta fâcha per la man de maystre Johan Penchinat. En senhal de
lacal causa, ay scricb ayso de ma man. »
Fol. 36. Donation par Agoult d'Agoult, habitant de Trets, fils de feu Imbert, à son frère Barral, coseigneur de Goult, de tout ce qu'il
possède dans le château et le territoire de Goult. 21 mars 1367.
Fol. 37. Contrat de mariage dudit Barral d'Agoult et d' « Agnita » de Sault, « condomina» du chàteau de Goult. 29 octobre 1370.
Fol. 38. Confirmation par Brocardet et « Amelia », enfants de Raymond de Lagnes, après que lecture de l'acte leur en a été faite en
langue romane, de la vente que leur père, en son nom et comme administrateur de leurs biens, a faite à Pierre de Sault, coseigneur de
Goult, d'une créance de 9,666 florins d'or 10 sous et 8 deniers, qu'ils avaient sur les biens de feu Raymond Bermond, coseigneur de Goult,
à cause de la dot de la femme de celui-ci, « Guillelma » de Lagnes, dont ils ont hérité. 6 janvier 1374.
Fol. 39. Sentence du bailli d'Apt, déclarant que Barral d'Agoult, auquel les gens du peuple de Goult ont demandé à contribuer avec
eux à la taille imposée cette année par les États de Provence « pro financia societatum Britonorum », conformément aux lettres adressées,
le l l décembre 1375, au juge de la cour d'Apt, par Nicolas Spinelli,  chancelier de Sicile et sénéchal de Provence, est exempt de cette contribution,
attendu ses droits de haute seigneurie et son antique noblesse, mais devra payer une part proportionnée à ses revenus, comme les
autres barons de Provence, au collecteur de cette taille générale imposée pour chasser du pays les ennemis et les compagnies de Bretons. 20 décembre 1375.
Fol. 40. Procédure relative à l'aliénation d'une terre sise à Goult, près du chemin qui conduit à Notre-Dame de Lumières, engagée par
Siffrein Bucham à Antoine « Aosti », damoiseau, bailli et clavaire des coseigneurs de Goult, et retenue par droit de prélation par Barral
d'Agoult. 8 août 1378.
Fol. 41. Transaction entre Agoult d'Agoult et son frère Barral, au sujet de la succession de leurs parents. 16 décembre 1379.
Fol. 42. Reconnaissance de directe par Jean Bourguignon (Burgondionis), chevalier, coseigneur de Goult, en faveur de Barral d'Agoult,
pour un jardin au lieu dit au Bourg de Goult. 25 mai 1386.
Fol. 43. Vente d'une coupe de bonne huile de cens sur un verger par Marin Léger, de Goult, à Pascal Bernard, du même lieu, et reprise
de ce cens par « Agnita » de Sault, dame en partie de Goult, en vertu de son droit de prélation. 24 février-2 mars 1396.
 Parchemin et papier. Liasse de 49 feuillets foliotés 1-43

3566. Archives des familles Doni et Fournier d'Aultane.  Titres des Hugolein sur la seigneurie de Goult.
Fol. 1. Donation par « Aguita » de Sault, veuve de Barral d'Agoult, dame du château inférieur et en partie du chàteau supérieur de Goult,
à son cousin germain Guillaume de Sault, seigneur - de Gaudichardo », au diocèse de Gap, des châteaux et forteresses qu'elle possède
à Goult, avec la juridiction, le domaine, la seigneurie, l'ensemble  de ses biens et de ses droits, sauf 200 florins d'or et sous la
réserve pour un jour seulement de l'usufruit des biens donnés ; aussitôt après, testament de la même, disposant des 200 florins en oeuvres
pies; promesse par Guillaume de Sault de nourrir, vêtir et entretenir la testatrice ou de lui payer une pension annuelle de 30 florins. 18 juil.let 1412.
Donation par ledit Guillaume à sa cousine, en sus de ce qu'il avait promis, d'un sien hôtel sis à Cavaillon, pour l'habiter sa vie durant. 19 juillet 1412.
Promesse du même de payer, en plus de Ia pension promise, à « Aguita 
» de Sault, trois salmées de froment, une coupe d'huile et 5 florins d'or. 26 juillet 1412.
Publication et insinuation de la donation d' « Aguita » de Sault par Olivier Durand, vice-bailli et vice-juge de la cour royale d'Apt, juge ordinaire de
toute la terre de Foulques d'Agoult, seigneur du château supérieur de Goult, et vice-juge pour Bertrand Raybaud, suzerain du chàteau inférieur. 27 juillet 1412.
Fol. 2. Sentence du lieutenant du juge-mage de Provence ordonnant que la cause de Raymondet d'Agoult, dont les biens avaient été
confisqués pour infraction de sauvegarde, n'ayant pu être décidée par suite de sa mort, ses biens seront relâchés par les officiers de la cour
d'Apt et restitués à Bertrand Hugolein, procureur d' « Agate » d'Agoult (sic), mère du défunt. 24 septembre 1412.
. Fol. 3. Copie de l'acte de cession par Guillaume de Sault à «Aquila 
» de Sault de tous Ies biens que celle-ci lui avait précédemment donnés. S. d.
Fol. 7. Autre testament d' « Agatha » de Sault, fille de Pierre de Sault et veuve de Barral d'Agoult. Après élection de sa sépulture en
l'église du prieuré de Saint-Pierre de Goult, elle lègue tous ses biens, notamment le château inférieur de Goult faisant partie de sa dot, une
partie et un bref du château supérieur provenant de Ia succession de Raymondet d'Agoult, son fils, avec les droits de juridiction, etc., à
son neveu Bertrand Hugolein, comme reconnaissance des services que celui-ci lui a rendus lorsqu'elle était à Avignon dans la misère, privée
de ses biens et abandonnée de ses amis, surtout en lui faisant recouvrer Ies biens de son fils et en obtenant Ia révocation d'une donation
subreptice qu'elle avait faite à Guillaume de Sault et la restitution de sa fortune par des démarches auprès du roi Louis, de la reine
Yolande, etc. Parmi les autres legs pour oeuvres pies, à signaler 25 florins pour la fondation d'un hôpital hors de l'enceinte de Goult,
100 florins à Eléonore d'Agoult, soeur de son mari, religieuse à Sainte-Catherine d'Apt. A la fin, elle jure de ne plus modifier ses dernières
dispositions, à moins que son père ne ressuscite pour lui dire :
« Agatha, tu ordinasti tuum testamentum quod michi non placet; volo illud per te revocari. 
» 4 octobre 1412

Fol. 22. Déclaration par - Aguita » de Sault, en présence de Bertrand de Simiane, dit Raybaud, seigneur de Caseneuve et suzerain du
château inférieur de Goult, de Gautier Milon, bailli du chàteau inférieur et vice-bailli du château supérieur, etc., des circonstances qui
l'ont amenée à révoquer la donation subreptice qu'elle avait faite, égarée par la douleur de la mort de son fils, à Guillaume de Sault,
qui l'avait tellement dépouillée qu'elle avait été réduite, pour ne pas mourir de faim, à entrer à l'hôpital de Bernard-Rascas d'Avignon, et
qui l'ont conduite à prendre des dispositions testamentaires en faveur de Bertrand Hugolein ; ratification par elle de ce dernier acte et donation
entre-vifs audit Bertrand de tout ce qu'elle lui avait légué par testament. 15 décembre 1412.
Fol. 34. Vente par la même « Aquita » de Sault à Foulques d'Agoult, seigneur de Forcalqueiret, père et légitime administrateur de Raymundet
d'Agoult, seigneur de Sault, des chàteau et forteresse, juridiction et biens qu'elle possède - in loco inferiori « de Goult, sous la suzeraineté
de Bertrand Raybaud de Simiane, seigneur de Caseneuve. l l mars 1413.

Fol. 42. Fragment d'enquête faite à la demande de Bertrand Hugolein sur la juridiction de « Aguita » de Sault, et sur celle dudit Bertrand,
son héritier à Goult. 25 juillet 1413.  Parmi les pièces jointes à ce fragment, est un supplément d'une autre enquête produite
par le procureur fiscal de la cour temporelle de Graveson contre Jeanne « Belle
» , hérétique. S. d.
Fol. 54. Accord entre Eléonore d'Agoult, religieuse du monastère de Sainte-Catherine d'Apt, et Bertrand Hugolein, au sujet du legs de
100 florins fait à sa belle-soeur par « Aquita » de Sault. 27 juillet 1416.
Fol. 55. Quittance donnée par la même au même pour la pension annuelle de 6 florins léguée à ladite Eléonore par son frère
Barral d'Agoult, et pour le payement de 41 florins sur les 100 légués par - Aquita « de Sault. 29 février 1420.
Fol. 56. Vente par Anthone! « Greguerii », à Rostang et Pierre Giraud, d'un grenier à foin sis à Goult, sous la directe de Bertrand
Hugolein, qui en investit les acheteurs. 12 janvier 1435
Fol. 57. Bail emphytéotique à Rostang Giraud, par Nicolas Hugolein, fils et procureur de Bertrand, seigneur du château inférieur de Goult et
coseigneur du chàteau supérieur, d'un casai sis au bourg dudit lieu. 10 juin 1439.
Fol. 58. Cahier d'un registre du greffe de la cour de Goult, Clavelin! « de Genoardis », jurisconsulte, étant juge dudit lieu pour nobles
écuyers Pierre et Nicolas Hugolein, frères, seigneurs de Goult. 1447- 1457. Suit un fragment d'un autre cahier. 1462-1464.
Fol. 106. « Hec sunt supplicaciones et capitula, que pro parte pauperimarum universitatum civitatis et bajulie Apte offeruntur et traduntur
illustris (sic) et magnifficis dominis vicegerentibus et comissariis per regiam magestatem deputatis et que, cum quanta decet révérends,
petuntur admicti ac exaudiri et bénigne concedi. » Suppliques suivies des réponses données par la cour royale de Provence et de la
promulgation parle sénéchal de Provence, le 12 décembre 1455.
Fol. 114. Investiture de terre donnée à Monet Giraud par Pierre Hugolein, coseigneur de Goult. 26 janvier 1473.
Fol. 117. Mémoires d'Hélène Hugolein, contre Ia communauté « de Baucio ».
 
4074. Begistres de notaires : Lourmarin. Minutes d'Antoine de Perrin (fragments).
3 juillet-23 décembre 1525, 16 août-20 décembre 1529.
Fol. 12. Acapte donné par Louise d'Agoult, dame de Sault et de Ronssillon. 5 septembre 1525
(acte passé dans le château de Lourmarin, dans la salle haute).
Fol. 15. Procuration donnée par la même. 11 du même mois.
Fol. 15 v . Prix-fait de constructions au château  de Lourmarin (tour, etc.), donné par les seigneurs de Sault et de Lourmarin à Jean Oranger,
alias Blanc, et Jean Barbier, 
« lapiscides » d'Aix  et de Pertuis. 16 septembre 1525.

4075. Begistres de notaires : Lourmarin. Minutes d'André Millot (fragments). 23-30 janvier 1573.
Fol. 22. Procuration donnée par François-Louis d'Agoult de Vesc de Montlaur et de Montauban, comte de Sault et sieur de Simiane.
25 janvier 1573.
Fol. 25 v°.  Quittance de 587 livres I sol, donnés au même comte de Sault par la communauté de Sisteron pour entier paiement
de ce qu'elle lui devait des dépens faits au procès engagé contre lui devant le Grand Conseil.  28 janvier 1573.





 © JG 2017