de SABRAN

voir brochure sur Calameo 

sup
...... ...  . ....... ......
Couronne de duc
Supports : deux lions
Cimier : un lion issant.

Lion des Sabran au château d'Ansouis.
Origines :
En 1221 apparaît le lion de Giraud Amic de Sabran.
Sobriquet : Simplicité de Sabran.
Devise :
Noli irritare leonem
Immobilis intermobilia nixus

Les Branches Sabran et Sabran-Pontevès :  Généalogie


  Les Titres et les Fiefs
- pair de France héréditaire (1815), comte-pair de France (1817), duc-pair (1825),  duc de Sabran (1825)
- comte souverain de Forcalquier (1220) ,
- comte d'Ariano (1283), d'Apici (1319), d'Ascoli (1360), de Calabre (1327), comte de Sabran, de Sabran-Pontevès, de Pontevès, de Beauregard, de St Victor.
- vicomte de Bargème, de Massat
- marquis de Fournaix
- baron d'Ansouis, de Baudinar (1480), de la Roque, de Roquefort
- seigneur (ou cosg) d'Aiguines, Biosc, Cabries, Cadenet, Canjuers, Caumont, Cavaillon, du Caylar, Chanteraine, Châteauneuf, Cucuron, Derboux, d'Eyrargues, de Galignon, de Gildonde Grambois, de Janson, de La Motte, de La Tour d'Aigues, de La Verdière, de Lourmarin, de Mirabeau, d'Oze, de Puyloubier, de Redortier, de Robion, de Sabran, Sallepèrine, de Sannes, de Sardon, de St Saturnin, des Taillades, du Thor, de Turriers, de Varage, de Viens, de Villelaure de Vitrolles. cosg d'Uzès.


Ordres et religion :
- Saint Elzéar DE SABRAN (1285 au château d'Ansouis-27septembre 1323)
x 1299 Bienheureuse Delphine de SIGNE   (+26 novembre 1360)

- Commandeurs et chevaliers de l'Ordre de Malte,

- 23 "Sabran" sont chevaliers de l'Ordre de Malte" entre 1491 et 1714.
- Maréchaux du royaume de Naples,
- Grand chambellan de Charles d'Anjou,
- Chambellan de la reine Jeanne
- Cardinal, des évêques, un évêque-duc de Laon (1780)
- Deux patriarches de Jérusalem
- Grand Aumônier  de la reine Marie-Antoinette
- Amiral
- Commandeur du Lion et du soleil de Perse.
- Officier de Nichan-Iftikkar d'Annam.
- Ordre de Saint-Louis : des chevaliers, un commandeur.


sabran-canju
Complément :
- Rayne de Sabran, Hospitalier de Valréas, signe des actes entre 1293 et 1307.
- Rostaing de Sabran, Commandeur des Hospitalier d'Orange, signe des actes entre 1293 et 1307.

- Contrat de mariage entre Marc Antoine de Sabran, « sieur cadet de Canjurs », fils de feu Honoré, sieur de Canjurs et de Roumoules,
et de dame Anne de La Tour, dame desdits lieux, d'une part,
et damoiselle Madeleine de Gaffarel, fille de Mathieu, écuyer de Mane, et de feu dame Marguerite de Meynier, d'Aix, assistée de Jean-Louis de Gaffard,
écuyer, son frère, 3 février 1636 (fol. 1022)

- En 1171 & 1172 Raimond V, Comte de Toulouse, inféoda la quatrième partie du fief de Caumont à Giraud l'Amy de la maison de Sabran, sous la réserve du haut domaine & de l'albergue. Ensuite, en 1202, Raymond VI, fils de Raymond V, abandonna audit Giraud l'Amy & à Pierre l'Amy, fils de autre Giraud , l'albergue que son père s'était réservée à Caumont, en échange des terres que ce même l'Amy lui céda en Languedoc. Quelque temps après, ce Comte de Toulouse ayant embrassé l'hérésie des Albigeois (ce qui fut imité par son fils Raymond VII), le comté de Toulouse fut réuni, par le traité de Paris de l'an 1228, à la couronne de France, & le Comté-Venaissin donné à l'église romaine.
C'est en conséquence de ce traité, que le Cardinal de Saint-Ange, Légat du Saint-Siège, ordonna à Giraud & à Pierre l'Amy de ne plus reconnaître le Comte de Toulouse. 
En 1 253, Giraud l'Amy, Pierre l'Amy & Raybaud Laugier prêtèrent hommage à Alphonse de Poitiers, mari de Jeanne, fille de  Raimond VII, Comte de Toulouse, qui, par le même traité de Paris, avait obtenu la jouissance du Comté-Venaissin sa vie durant.
On voit par un partage de l'an 1268 fait entre les seigneurs de Caumont, que Rostaing d'Agoult le possédait avec Giraud l'Amy. Enfin, en 1295, Giraud l'Amy prêta hommage au Pape ; & depuis ce temps, les Seigneurs de Caumont n'ont plus reconnu d'autre Prince. Dame Jeanne de Ruffo prêta hommage au Pape, le 5. Décembre 1363. Le 16 Octobre de la même année, Rostang de Sabran l'Amy prêta hommage. Le 20. Juin 1365 Pierre l'Amy prêta hommage. Le 1er Octobre 1379, Rayne de Sabran le prêta aussi.
Pierre l'Amy de Sabran, fils de Roſtang, prêta hommage pour la sixième partie que son père lui avait donnée par émancipation le 4. Novembre 1379. En 1389 dame Ronsoline de Albarno, dame de St. Andiol, avait une partie de la seigneurie. Le 8 Février 1392, Bertrand de Sabran, fils de Raynier de Sabran, prêta hommage ; il était Coseigneur de Caumont avec Pierre l'Amy. Le 3 Mars 1392 Jacques de Sabran prêta aussi hommage : il y eut un autre Giraud l'Amy de Sabran, auquel succéda Giraud de Simiane son neveu & héritier.

- MONTLAUR-SABRAN :
1°/ en 1323 Bérangère de SABRAN fille et héritière de Rostaing V de SABRAN et de Fève de POSQUIERE (2). Elle lui apporta en dot la baronnie de Sabran comprenant les paroisses de Ste Agathe, Notre-Dame-de-Colombier, Saint-Julien de Pistrias, de Boussargues, de Candillargues, Le Castrum de Tresques, les Villes de Gaujeac et de Saint Marcel de Carveret. Etant veuf, Pons VIII se maria à nouveau, épousant 2°/ Raymbaude de SABRAN cousine de sa première femme, fille de Géraud-Amic V de Sabran seigneur de Rochefort et de Fournies. De ses deux unions sont venus neuf enfants

Page 1b : Descendance de Jean Ier de Sabran t. 1383, Baron d'Ansouis et Grand Chambellan de la reine Jeanne
d'après : Généalogie Historique de la Maison de SABRAN-PONTEVES email Paule Castan
Il avait époufe Isoarde DE ROQUEFEUIL, Dame de Puylobier, fille d'Ifnard, & de Catherine DU PUGET, & dernier rejeton de la maison de ce nom, fille de Raymond de Roquefeuil, fils de Burgundion Ier de Trets & d'Ollières, des Vicomtes de Marseille.
Devenue veuve, elle épousa en secondes noces Isnard-Féraud, Baron de Glandevès, Seigneur de Cuers, dit le Grand, Lieutenant général en Provence, fils de Guillaume-Féraud de Glandevès & de Louise de Villeneuve, soeur de Sainte Rossoline. Elle tefta à Aix le 17 Septembre 1389.
De son premier mariage, elle eut :

1. ELZÉAR de Sabran.
2. ISNARD de Sabran, dit de Roquefeuil, héritier univerfel de sa mère. Il était, en 1380, sous la tutelle d'Isnard de Glandevès, le second mari de sa mère, & mourut jeune.
3. JEAN de Sabran, né pofthume, Seigneur de Puylobier après fon frère Isnard.
Il épousa Delfine GAUCELIN OU GAUCELM, fille de Béranger GAUCELM, Chevalier, & testa le 14 Oclobre 1415. Elle vivait encore en 1437. De ce mariage : ISNARD de Sabran, mort enfant.
4. DELPHINE de Sabran, mariée, par contrat du 4 Avril 1380, à Guy, Guinot Guiraud de SIMIANE, Seigneur d'Apt, de Caseneuve, de Gordes, &c, fils de Guiraud de SIMIANE & de Marie de MARSEILLE. Elle tefta le 29 Oclobre 1407,
5. FRANÇOISE de Sabran, mariée, entre 1383 & 1389, à Jaume de GANTELME, Seigneur d'Albaron.
6. CATHERINE de Sabran, mariée, le 18 Septembre 1389, à Bertrand D'AGOULT
7. Béatrix de Sabran
 x 1) en janvier 1410 avec Jacques de GANTELME, neveu de Jaume, ci-dessus;
x 2) à Jean LAIDET, Seigneur de Sigoyer.
8 & 9. MARIONE & PHILIPONE de Sabran, légataires de leur père en 1383, & destinées par lui à être Religieuses à Sainte-Croix d'Aix.

ISNARD de Pontevès, , fit hommage de ses terres à Robert, Comte de Provence, le 15 Février 1324, à Aix. Il mourut en 1349. x Thomaffe CANTELMI , ou de GANTELME, fille de Jacques & soeur du Comte d'Oliveto & du Comte de Popoli au royaume de Naples.

GIRAUD OU GIRAUDET-AMIC de Sabran, Coseigneur de Robion & de Caumont,
époux en premières noces de Gaufride  de GANTELME fille de Rostaing. Elle tefta à Arles le 6 Juillet 1310, laissant de son mariage : BÉATRIX de Sabran, mariée à Barrai DE ROANAS, morte avant 1329.




Les maintenues de noblesse en Provence, par Belleguise (1667-1669).

La maison de Sabran après avoir possédé, dans le xe siècle, la plus haute charge dans le comté de Toulouse, se transporta en
Provence, par le mariage d'Alix, fille de Bertrand II, comte de Forcalquier, sœur de Bertrand III, et de Guillaume III, aussi
comte de Forcalquier avec Amic de Sabran. Bertrand et Guillaume, frères, régnèrent successivement ; ils ne laissèrent aucun
enfant mâle. Gersende, fille de Bertrand III et nièce d'Alix, fut mariée à René de Sabran, dit du Castelar. Celui-ci prétendit à la
souveraineté de Forcalquier, comme mari de Gersinde, fille de Bertrand III. Mais ce Bertrand fit son testament en 1168,
par lequel il exclut Gersinde, sa fille, de sa succession au comté de Forcalquier et institua Guillaume III, son frère, héritier du comté,
lequel régna après lui et mourut aussi sans enfants. Il ne laissa qu'une fille nommée Béatrix, qui recueillit toute sa succession.

Elle fût mariée à Ildefonse, comte de Provence, qui réunit par ce mariage, le comté de Forcalquier à ses états (1). Néanmoins René
de Sabran prit le nom de Guillaume V et se porta pour comte de Forcalquier, au moyen de son mariage avec Gersinde, fille unique
de Bertrand III et nièce d'Alix, fille de Bertrand II, mariée à Amic de Sabran. Ildefonse et Guillaume V de Sabran eurent
guerre à ce sujet. Ils firent un traité portant qu'Ildefonse laisserait porter à Guillaume V, sa vie durant, le titre de comte de Forcal-
quier et lui laisserait en propriété toutes les terres de ce comté, depuis la Roche de Sisteron jusqu'à Pertuis. Guillaume V de
Sabran eut de grandes contestations pour les droits seigneuriaux de Pertuis avec l'abbé de Montmajour, tant en son propre que
pour Giraud de Sabran, son fils, comme héritier de Gersinde, sa mère ; en la charte des calendes d'août 1212 (2). Le même Guil-
laume V reçut l'hommage d'Imbert d'Agoult, de Guillaume Catilus, de Brémond Beaucian et de Bertrand de Menerbes, tous cosgrs
de ce même lieu, en la charte de l'hommage de 1243. Il y a dans les archives du roi à Aix plusieurs chartes d'investitures et inféo-
dations faites par ce Guillaume V, où il porte le titre de Guillaume, par la grâce de Dieu, comte de Forcalquier. Il est ainsi qualifié
dans ses lettres patentes des érections des terres de Cadenet en vicomté et de Lauris, en baronie. Mais le destin du comté çle
Forcalquier était fini au XIIIe siècle. Guillaume V mourut sans mâles, parle prédécès de Giraud de Sabran, son fils, sans être
marié. Sa succession se termina en sa fille unique : Hugonette de Sabran (3), mariée dans la famille de Brancas, des barons de Cé-
reste. Elle fut une des dames du parlement d'amour à Romanin. La famille de Brancas, des barons de Céreste, a pris d'elle le nom
et les armes de Forcalquier (4), sans juste titre pourtant, ainsi que j'ai observé sur le chapitre de Brancas. Guillaume V était René de
Sabran ; il ne se disait comte de Forcalquier que par Gersinde, sa femme, fille de Bertrand III, comte de Forcalquier, terre qu'Ilde-
fonse n'avait laissée à Guillaume V que pour sa vie, de sorte qu'il n'a pu passer au baron de Céreste, héritier de sa fille. Ses branches
n'ont donc pas le nom et les armes de Forcalquier que pour se faire honneur du nom de maison souveraine. Car la branche
même de la maison de Sabran descendue, par femmes, des comtes de Forcalquier est éteinte.

Elzéar de Sabran, sgr d'Uzès, faisait une autre branche ; il accompagna Charles 1 d'Anjou en son voyage pour la conquête du
royaume de Naples, où il se forma la branche de Sabran, des comtes d'Arian. Il s'en forma une autre, en Provence, des barons
d'Ansouis et d'Uzès, qui en a fait plusieurs autres. Elles sont réduites, aujourd'hui à trois, Antoine de Sabran est le chef de la
branche des barons de Beaudinard, des comtes d'Arian. Claude de Sabran fait celle des sgrs d'Aiguine et de Chantereine ; N. de
Sabran, celle des sgrs du Biosc, de Salleperrine et de Sardon.

* La généalogie donnée dans la continuation de d'Hozier (Régistre complémentaire) aurait pu être plus complète et plus exacte. Nous ne
pouvons ici entrer dans les détails. Signalons seulement que, dans la branche de Baudinard (XIVe degré), Louise de Sabran, mariée à Louis de
Blacas Aups, ne fait qu'un avec Agnès, fille naturelle, légataire au testament de son père et signalée comme épouse de Louis de Blacas, qui
épousa, en secondes noces, sa sœur Antoinette de Sabran, laquelle se remaria avec Isnard de Blacas-Taurennes, veuf de Perrine de Castellane-
Daluis. Dans les preuves pour Malte de François de Sabran (1675), Antoinette de Chevrières, femme de Louis de Sabran-Baudinard, est dite fille
de Théodore et de Jeanne de Varey (et non de Catelin et d'Antoinette de Bongars). La branche des sgrs d'Aiguines, issus de ce Louis, s'est con-
tinuée au-delà du XIXe degré, puisque Louis de Sabran, veuf de Claire de Micaélis, s'est marié à Marseille (St Martin), le 19 août 1694, à Anne-
Espérance de Savignon, fille de Barthélemy et Marguerite Mille, avec sommations à son père; elle mourut à Marseille le 14 janv. 1761. Il en
eut : a) Jacques-Joseph, né le 28 juin 1697. b) Marguerite, née le 6 avril 1696.

La branche d'Arles et des Baux est complètement omise : Louis de Sabran, fils naturel d'Hélion I, baron d'Ansouis (i), épousa,
vers 1545, Bonne de Sabatier et testa à Eyguières, le 9 sept. 1554 (Banelli).
D'où : a) Etienne, qui suit. b) Jean.
Etienne de Sabran épousa aux Baux, le 8 oct. 1582 (Salomé) Suzanne de Faret, fille de Jacques, sgr de Fournès, et testa à Arles le 2 oct. 1626
(Debézieux), d'où : a) Melchior, qui suit. b) Anne, mariée, à Lambesc le 12 juin 1622 (Gibert), avec Louis Cornille, avocat, fils de Jean et de
Tossance de Menonville.

Melchior de Sabran épousa à Arles le 28 août 1628 (Véran) Marthe de Cappeau, fille de Melchion, avocat, et de Marie de Bibion. Il testa aux
Baux, le 27 oct. 1637 (Manson), en faveur de son fils Jean-Baptiste. D'où :
a) Jean-Baptiste, qui suit. b) André, bapt. posthume à Arles (St Martin) le 17 mars 1 641.
Jean-Baptiste de Sabran, né à Arles (St Martin), le 22 oct. 1630, épousa 1° à Volonne, le 31 oct. 1649 (Mouren), Madeleine de Tabaret, fille de
Charles, sgr de Volonne, président au parlement, et de Françoise de Villeneuve. 2° à Avignon, le 10 déc. 1655 (Bouquet), Anne de Pétris de
Graville, fille de Paul, cosgr de Venasq ue et St Didier, et de Louise de Rodulf. Il fut condamné comme faux noble en 1668. Il testa aux Baux le
21 nov. 1699 (Viaud, fo 262). D'où, du premier lit :
a) Gabrielle, mariée à Marseille le 30 avril 1678 à Pierre de Moustier, fils de Pierre et Françoise de Jarente ; elle était veuve lors du testament de son père ;
et du second lit :
b) Henri, major au régiment de Senneterre.
c) Etienne, dit le sgr de Beauregard, lieutenant d'infanterie,
d) Jean, lieutenant de vaisseau,
e) Elzéar, enseigne de vaisseau, qui fut institué héritier par son père avec ses trois frères, et maintenu noble avec eux par Lebret le 10 fév. 1703.
f) Alphonse, assista au mariage de sa sœur Jeanne,
g) Pierre, né à Mouriès le 29 août 1671.
h) Raimond, né à Mouriès le 18 sept. 1675. Je crois que c'est d'un des sept fils précédent que descendent les Sabran, qui subsis-
tent actuellement à Marseille,
i) Florimonde, née à Mouriès le 7 fév. 1670.
j) Jeanne, née à Mouriès le II déc. 1673, épousa à Aix le 9 mars 1700
(Honde) Félix Blanqui, de Tourves, fils de Biaise, médecin, et d'Anne de Blégier.


(1) C'est faux. Alfonse ou Ildefonse épousa le 18 janv. 1174 Sancie, fille d'Alfonse XII, roi de Castille.
(2) Cette charte de Pertuis de 1212 est de l'invention de Maynier.
(3) C'est un personnage fictif, qui n'a jamais existé.
(4) Céreste, avec le titre de Forcalquier, ne passa aux Brancas qu'au commencement du XVe siècle. On voit ce qu'il faut penser
des connaissances historiques de Maynier et quelle confiance on peut avoir dans ce qu'il raconte.

R.D. 33700    Avignon, 20 juin 1345.
Bertrand de Sabran, coseigneur du château de Rochegude (Rupis Acule ), dioc. d'Orange, reconnaît
tenir du dauphin Humbert en fief franc, antique et honoré le tiers, moins le tiers de ce tiers, et moins le 5°
du 12° du château de Rochegudeet de la ville adjacente et du territoire, et le quart moins le tiers et le 5e du 12°
du territoire et mandementd'Albanivet, le 9° moins le tiers de ce 9e et moins le 5e du 12e du territ. et tènement de
St-André d'Esparron (Sparansano), même dioc, avec toute juridiction. Ind. 13, acta ap. Avinionem, en la
maison d'habitation du dauphin dans le couvent des frères Mineurs ; présents : Guillaume sr de Bésignan,
Guillaume de Roin l'ancien, François de Revel, chevaliers, François de Palma, prof, de droits et chev.
Arch. de l'Isère, B. 2614 (Reg. Pilati I343-9), iiijb, 121b ; B. 3245, 51b (expédié le 10 juil.). Invent. Valentinois, I, 30b ;
IV, 342b, 394b : I, 33 ; II, 808-9 ; 111, 30.


sabran moustiers
Armorial de Marseille


sabran hoz
Armorial de Provence  HOZ

sabran

xabran1
sabran 2



Sources et références :
- Du Roure, Auguste
  Notice historique sur une branche de la famille de Sabran : d'après les documents originaux
  Moullot fils aîné, Marseille, 2002
- Héraldique et Généalogie
    SABRAN / SABRAN-PONTEVES SABRAN-BEAUDINAR
- Dictionnaire de la Noblesse  par la Chesnaye-Desbois
- Pithon-Curt :   I 5,22   II 37,285    III 385   IV 28,118,289
                             I 117-200, 411, 483    II 230   III 121, 364   IV 134
- Annuaire de la noblesse de France - 1864 p.158-161
- Duchesse de Sabran-Pontevès : Bon sang ne peut mentir. Lattes 1987.
- Gotha,
- Luc Antonini : Les Sabran_Pontevès
- Artefeuil ; Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence ;
          ill. Honoré Coussin. - Laffitte, 1970. - 3 vol
- Nobiliaire de Provence, armorial général de la Provence, du Comtat Venaissin,
         de la Principauté d'Orange / dir. René Borricand ;
          ill. Catherine Longuemarre. - Borricand, 1974-1975. - 3 vol



 © JG 2005