de PONTEVES ou d'AGOULT de PONTEVES,

1 ...........a ........4 ........eyroux
            Pontevès                    Agout-Pontevès          Sabran-Pontevès            Pontevès-Eyroux

ponteves
Sceau Folconis (Foulque) de Ponteves en 1251
(BLA)
Roux / Ruffi de Pontevès-Gévaudan et Pontevès-Eyroux  8

 La seigneurie de Giens fut érigée en marquisat, sous la dénomination de Pontevès-Giens , par lettres da mois d'octobre 1691, registrées en la chambre
des comptes d'Aix le 17 novembre suivant, en faveur de François de Pontevès, premier consul de la ville d'Aix, et procureur du pays.

Buoux, au diocèse d'Apt, fut érigé en marquisat au mois de juillet 1650, en faveur de Louis de Pontevès, guidon des gendarmes, baron de Saint-Martin,
élu premier consul d'Aix , et procureur du pays, en 1681 , et pour ses descendants mâles à perpétuité.

Carces, au diocèse de Fréjus, fut érigé en comté, en faveur de Jean de Pontevès, lieutenant-général en Provence, chevalier de l'ordre du roi,
par lettres du mois de mai 1551, avec droit de succession à ses enfants males et femelles, et à sa sœur, à leur défaut ; cette érection fut confirmée
en juin 1611, par lettres registrées le 14janvier 1619.

Pourrières, terre qui appartenait à Pons, vicomte de Marseille en 762, fut érigée en comté, par lettres du mois de février 1577, en faveur d'Antoine de Pontevès, chevalier des ordres du roi, et gentilhomme ordinaire de sa chambre, qui ne laissa point d'enfants. Cette terre rentra dans la maison de Glandevès, d'où elle était sortie
pour entrer dans celle de Pontevès.
Certaines branches portent :
D'azur à un pont à trois arches d'or sur une mer de même,
et, sur le pont, une sirène aussi d'argent se regardant dans
un miroir d'or.

5
Compléments :
  •  Contrat de mariage du 29 juillet 1664, entre « haut et puissant seigneur messire Louis de Pontevès, marquis de Buoux, baron de Sainl-Martin-de-Castillon, Boisset,  Sivergues et autres places », fils de feu messire Lange, marquis et seigneur desdits lieux, et de  «haute et puissante dame Marguerite d'Adhémar, de Monteil de Grignan», assisté de messire François d'Adhémar de Monteil de Grignan, archevêque d'Arles, «primat et prince », de messire Louis d'Adhémar de Monteil, comte de Grignan et de messire Jacques d'Adhémar de Monteil de Grignan, « évesque et comte d'Uzès », ses oncles, de messire Léon de Valbelle, seigneur de Montfuron, «lieutenant général des mers du Levant au siège de Marseille », son beau-frère, de messire François de Pontevès, « seigneur de Bérenger, baron de Montfort», et de messire Lazarin de Pontevès, « seigneur de Montbosque », ses cousins, d'une part, et damoiselle Barbe-Marie de La Croix de Chevrières , fille de « haut et puissant seigneur Jean, seigneur de Chevrières, Beaumont, Monteux et autres places, baron de Serves et de Clérieux, comte de Saint-Vallier, marquis d'Ornacieux, président au mortier en la cour de parlement, Aides et Finances de Dauphiné », el de dame Marie de Seyne, d'Echigey en Bourgogne, assistée de dame Jeanne de La Croix, veuve de messire Félicien Boffin, seigneur de Revel, baron d'Uriage, « conseiller du Roi et son premier advocat au parlement de Dauphiné », de dame Catherine de La Croix, veuve de messire Arnet de La Baulme de Suze, seigneur de Saint-Julien, comte de Rochefort, ses tantes germaines.
  •  Testament solennel de dame Claude de Pontevès, femme de M. Me Jean d'Arnaud, lieutenanl principal au siège de Forcalquier ; elle fait divers legs à Charles de Pontevès, sieur de Baudun, son frère, à Madeleine de Pontevès, religieuse du monastère Saint-Barthélemy d'Aix, et  à noble Scipion de Pontevès, son cousin, et institue ledit M Jean d'Arnaud, son mari, pour son héritier universel, 21 décembre 1663 (fol. 494 AD04).
  •  Donation par messire Gabriel de Pontevès de Buous, chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, à messire Louis de Pontevès, marquis de Buous, baron de Saint-Martin-de-Caslillon, Bouisset, Sivergues et autres places, son frère, de tous ses droits sur l'héritage de feu messire Ange de Pontevès, leur père, et sur les biens de « Madame la douairière de Buous, leur mère», sous réserve d'une pensionannuelle de 1650 livres «jusques à ce que ledit seigneur chevalier, soit en puissance de prendre une commanderie », 16 octobre 1665 (fol. 815 AD04)
  •  Contrat de mariage entre M. Me Jean d'Arnaud, sieur de Lange, lieutenant principal au siège de Forcalquier, fils de feu M. Me Scipion, sieur de Châteauneuf-Miravail, lieutenant audit siège, et de dame Diane d'Audiffred, dame de Silvabelle, d'une part, et dame Isabeau de Pontevès, veuve de Jean de Bellonet, « chevalier de l'ordre de Saint-Marc, surintendant de l'artillerie et fortifications de la République de Venise », fille de feu noble Jean, sieur de Sillans, ct de dame Anne de Castellane, 31 décembre 1665 (fol 917 V ; AD04);
  •  Contrat de mariage entre noble Gaspard de Pontevès, sieur de Sillans, fils de feu noble Jean, seigneur de Sillans, et de dame Anne de Castellane, assisté de messire François de Pontevès, abbé dudit Sillans, et de noble Laurent de Pontevès, ses frères, de noble Jean d'Isoard, sieur de Fontienne, de Mr Jean de Jaubert, lieutenant principal au siège de Digne, ses beaux-frères, de noble Charles de Castellane de Grignan, son cousin germain, d'une part, et damoiselle Isabeau de Feautrîer, fille de feu M. Jean et de damoiselle Anne de Besson, de Riez, assistée de M. Me Joseph de Piolle, conseiller au siège de Forcalquier, son oncle, de noble Honoré de Félix, sieur de Creisset, de messire Joseph de Piolle, « prestre, docteur, conseiller et aumosnier du Roy », ses cousins, 8 juillet 1666 (AD04, fol. 4542).
  •  Testament solennel de M. François de Pontevès, sieur de Saint-Barnabe, résidant à Forcalquier, par lequel il lègue divers biens immeubles à dame Marguerite de Valansan, sa seconde femme, et institue pour ses héritiers universels, damoiselle Anne de Pontevès, sa fille, femme du sieur de Castellane et Joseph d'Allayer de Champourcin, son petit-fils, de Digne, 22 août 1670 (AD04, fol. 111).
  •  Testament solennel de Jean-Étienne-Joseph d'Eyroux , « lieutenant à la compagnie de M. de Montredon au régiment de Provence » ;il institue pour son héritière universelle dame Isabeau de Pontevès, sa mère, et lègue : 600 livres à Jean-Victor de Bellonnet, son lrère utérin, 600 livres à Jean d'Eyroux, conseiller à la sénéchaussée de Forcalquier, son frère consanguin, 3 livres, à soeur Anne d'Eyroux, religieuse de l'ordre de Saint-Augustin, sa soeur, 18 mars 1675 (AD04, fol. 423)
  •  Contrat de mariage entre noble Etienne-Joseph de Pelissier, fils de Me noble Claude, avocat en la cour, et de feu dame Élisabeth de Masse, assisté de Me noble Vincent de Pelissier, aussi avocat en la cour, son aïeul paternel, et de noble François de Masse, seigneur de Rustrel, son aïeul maternel, d'une part, et damoiselle Elisabeth d'Eyroux, fille de M. Me Jean, conseiller en la Sénéchausée de Forcalquier, et de dame Élisabeth de Lauthier, assistée de dame Élisabeth de Pontevès, son aïeule paternelle, et de dame Honorade d'Eyroux, veuve de noble Antoine-René de Roux, seigneur de La Rochette, Sigottier et autres places, sa tante, 49 juin 4679 (fol. 828). - Contrat de mariage entre : « magnifique seigneur » Pompée de Pontevez, seigneur de Buoux, d'une part, et damoiselle Marguerite de La Baulme, fille de « hault et puissant messire François de La Baulme, seigneur et comte de Suze, chevalier des ordres du Roy, capitaine de 100 hommes d'armes de ses ordonnances, conseiller en ses conseils d'Estat et privé, et de puissante dame Françoise de Lévy, dame et comtesse de Suze, baronne d'Apt, assistée de puissant seigneur Rostan de La Baulme, seigneur et comte de Suze, capitaine de 50 hommes d'armes, bailli de Briançonnois, Gapançois, Embrunois et Montagnes du Daulphiné, et de généreux seigneur messire de Mazan de Plézian et de Louise et Catherine de La Baulme, dames et baronnes de Sassenages et d'Uriages, ses frères et soeurs », 25 novembre 1589 (fol. 656).
  •  Contrat de mariage entre « haut et puissant seigneur messire Louis de Pontevès, marquis de Buoux, baron de Sainl-Martin-de-Castillon, Boisset, Sivergues et autres places », fils de feu messire Lange, marquis et seigneur desdits lieux, et de « haute et puissante dame Marguerite d'Adhémar, de Monteil de Grignan», assisté de messire François d'Adhémar de Monteil de Grignan, archevêque d'Arles, « primat et prince », de messire Louis d'Adhémar de Monteil, comte de Grignan et de messire Jacques d'Adhémar de Monteil de Grignan, « évesque et comte d'Uzès », ses oncles, de messire Léon de Valbelle, seigneur de Montfuron, « lieutenant général des mers du Levant au siège de Marseille », son beau-frère, de messire François de Pontevès, « seigneur de Bérenger, baron de Montfort», et de messire Lazarin de Pontevès, « seigneur de Montbosque », ses cousins, d'une part, et damoiselle Barbe-Marie de La Croix de Chevrières, fille de « haut et puissant seigneur Jean, seigneur de Chevrières, Beaumont, Monieux et autres places, baron de Serves et de Clérieux, comte de Saint-Vallier, marquis d'Ornacieux, président au mortier en la cour de parlement, Aides et Finances de Dauphiné », et de dame Marie de Seyne, d'Echigey en Bourgogne, assistée de dame Jeanne de La Croix, veuve de messire Félicien Boffin, seigneur de Revel,baron d'Uriage, « conseiller du Roi et son premier advocat au parlement de Dauphiné », de dame Catherine de La Croix, veuve de messire Amet de La Baulme de Suze, seigneur de Saint-Julien, comte de Rochefort, ses tantes germaines, 29 juillet 1664 (fol. 1413);
  •  Contrat de mariage entre messire Jean-François-Elzias de Pontevès, comte de Buous, capitaine de cavalerie dans le régiment de « Royal Estranger », fils de messire Louis, « chevalier, marquis de Buous, baron de Saint-Martin-de-Caslillon et de Boisset, seigneur de Sivergues et autres places, gouverneur de la ville d'Apt, lieutenanl du Roy en Provence au despartement d'Arles », et de dame Marie-Barbe de La Croix de Chevrières, marquise dudit Buous, d'une part, el damoiselle Louise-Alexandrine-Cornelie du Puy de Montbrun, fille de messire Jacques du Puy de Tournon, chevalier marquis de Montbrun, baron de Mévolhon, seigneur de Ferrassières, Barret, Vallaury et autres places, et de dame Charlotte du Puy-Montbrun. marquise desdits lieux, 2 avril 1699 (fol. 890 v°) :