Mise à jour 4/03/2005
Copyright JG © 2005
 
  Introduction
    Aide
  L'héraldique
 Les communes
  Accès géographique
  Accès alphabétique
 Les provinces
    Provinces
 Les départements
    Départements
 Les Ecclésiastiques
   Papes et évêques
 La Noblesse
  Introduction
  Accès alphabétique
 Les Souverains
   Maisons souveraines
 Autres blasons
  Autres
 Divers
  Références et sources
  Les liens
  vos commentaires
  Ajouts récents
  Retour




025



 
 
 
  
Introduction à la noblesse comtadine.
026

Les nobles du Comtat.

            Du XVIe au XVIIIe siècles, les nobles qui vivent dans nos villages sont des gentilshommes campagnards qui ont généralement les même occupations et les même mœurs que nos agriculteurs. Leur rusticité et leur simplicité sont reconnues dans toute la Provence, en même temps que leur fierté, leur air de grandeur et de dignité.

            Au début du XVIIe siècle, Raimond de Mormoiron de Modène, beau-père de Molière, se gosse gentiment de ces gentilshommes du pays de Carpentras, dans sa « peinture du pays d’Adiousas » :

Le commode croquant s’y fait appeler sire,
L’aisé bourgeois noble homme et le mercier Monsieur
L’acquéreur d’une grange haut et puissant seigneur,
Le petit hobereau Messire,
Le notaire orne ses cayers
de chevaliers et d’écuyers,
dont la roture ourdit la trame,… (*

            Mais, à côté de ces petits nobles ruraux, vit une noblesse plus citadine, qui n’habite pas la région, préfère la cour, la vie mondaine et l’Ile-de-France. Elle possède des fiefs et des titres dans la région et tire une partie de ses revenus des droits féodaux.
            Il faut rappeler qu’il y a de nombreuses façons d’être anobli dans le voisinage et l’on peut classer nos nobles par l’origine de leur noblesse.
 

Les nobles du pape.



             En Comtat Venaissin, de 1274 à 1791, un grand nombre de personnes sont devenus nobles par les charges qu'elles ont occupées dans les Etats papaux ou par le bon vouloir des papes.
            Les primiciers (présidents) de l'Université d'Avignon, les auditeurs et les Archivistes de la Légation, les présidents du tribunal de la Rote et ses cinq auditeurs, les Vice-gérants de la Chambre Apostolique de l'Etat d'Avignon et de celui de Carpentras, les Avocats généraux, les Trésoriers généraux, les Dataires (Chancellerie), les intendants généraux de la Monnaie d'Avignon, les vice-recteurs et autres Chancelier de la rectorie de Carpentras ont tous été anoblis en occupant leur charge.
            Pendant sept siècles, cela fait beaucoup de monde !

            A partir de 1665, les papes ont monnayé un grand nombre de titres, de duc à baron.
Commençons par les ducs de la région :

  •  -Crillon devient duché, le 27 septembre 1725, pour Louis de Berton des Balbes ; les Berton de Balbes sont faits  ducs-pairs en 1817, sous la Restauration. La famille Berton porte le titre de  duc du pape en Comtat Venaissin et a fait reconnaître ce titre en France. La famille s'éteint en 1870 après avoir transmis le titre sur plusieurs générations.
  •  - Beaumes-de-Venise, le 14 juin 1775, pour Toussaint Alphonse de Fortia des Pilles.
            Les papes ont décerné treize titres de marquis, parmi lesquels :
  •  Aubignan en 1667 Panisse-Passis, puis Seguins
  •  Velleron  1668 François de Cambis
  •  …
            A cela, il faut ajouter trois comtés et les quatre baronnies traditionnelles qui remontent au Haut Moyen Âge : Beaumes, Sérignan, le Thor et Oppède. Et aussi quarante-trois seigneuries indivises, les autres fiefs étant partagés entre co-seigneurs.

            Les nobles ont leur assemblée et un représentant élu, véritable chef de la noblesse comtadine (le syndic de la noblesse du Comtat). 
     
        Le doctorat de l'Université d'Avignon suffisait pour anoblir non seulement le titulaire, mais encore ses descendants, pourvu que son fils eut également obtenu ce titre.

Les nobles de la principauté d’Orange.


             Comme on l'a vu, Orange, a d'abord été une seigneurie du Saint Empire romain germanique (1181), dépendante des comtés de Provence ou du Dauphiné. Au XIIIe siècle, les seigneurs d'Orange deviennent souverains de leurs terres, "princeps Aurasicensis" et "deo gratia princeps Auraice" (la phrase "par la grâce de dieu" indique qu'ils ne doivent leurs terres de personne).
            Orange est une possession des Giraud-Ademar jusqu'en  1180, puis des Baux, jusqu'à Raymond IV (mort en 1393), des Châlons jusqu'en 1530, puis des Nassau. Finalement, en 1673, Louis XIV confisque la principauté de Guillaume d'Orange pendant la guerre avec la Hollande.
            Guillaume (aussi roi d'Angleterre en 1688) meurt sans enfants, en 1702, et son plus proche parent est alors  Frédéric 1er de Prusse. Ce dernier cède ses droits sur Orange au roi de France au traité d'Utrecht, en 1713, et la principauté d'Orange est annexée par la France.

        Le titre de prince d’Orange est porté par plusieurs grandes familles royales :

  • - le roi de Prusse conserve le droit de porter ce titre (jusqu'en 1918). L'Empereur Guillaume 1er se nomme "prince d'Orange". Cela n'a pas empêché la maison royale de Hollande d'utiliser le titre jusqu'à nos jours.
  •  
  • - le dernier des mâles de la famille Longueville (autre descendance des princes d’Orange), Jean-Louis-Charles, mort en 1694, laisse ses droits au  prince de Conti. Louis XIV fait Louis de Mailly "titulaire du titre de prince d’Orange". Mais, en 1714, Orange (ou  plutôt  le  "domaine utile" ou usufruit) est donné au  prince de Conti. Après sa mort en 1727, par accord avec ses descendants, Orange est annexé définitivement par la France, en 1731.
  - les Orange-Nassau portent, en surtout, un écusson des  Châlons et d'Orange. Comme roi d'Angleterre, Guillaume III utilise simplement un écusson des Nassau.

        Comme à Avignon, les charges de la principauté d’Orange, Président de l’Université, Président du parlement, Garde des Sceaux, ou Procureur Général sont autant de titres qui créent de nouvelles familles nobles.
      Seuls les princes de la maison de Nassau anoblirent  des habitants de la principauté par lettres patentes enregistrèes par le parlement d'Orange : de Langes,  de Pointi de Castillon, de Coustance, de Bellujon, de Saint-Martin, de Convenent, d'Aymard, Coste,...
      Les Princes ont aussi créé quelques marquis :

  •  La baronnie de Causans est érigée en marquisat en 1667 sous Guillaume III, en faveur de Vincens de Mauléon de Causans
  •  La baronnie de Malijay, longtemps aux mains de la famille Panisse, passa à celle des Séguins-Panisse marquis d’Aubignan.
  •  La baronnie de Violès de la famille de Langes passa aux de Saunier, puis aux de Gras et enfin au comte d’Allard [85].
           Après la paix d'Utrecht, les fiefs de la Principauté furent, pour la grande majorité, reconnus comme nobles par le gouvernement français. Mais dans cet état, Maucoil et la Tour de Serres furent mentionnés comme de fiefs roturiers, quoique les princes aient érigé ces terres en fiefs nobles. Cela doit trouver son fondement dans l'arrêt du roi de 1639 : pour être noble et exempt des tailles, il fallait que les biens appartenaient à un noble ou un anobli, remplissant ces deux conditions: que la noblesse remontât au moins à l'année 1602 et que la propriété des biens fût antérieure au 1er mai 1635. Tous les autres immeubles restèrent roturiers et taillables quand même ils seraient acquis par des gentilshommes. Les fiefs de Maucoil et de La Tour de Serres ne répondaient pas à ces conditions.


 Les nobles "français".


            Nous avons vu la famille de Vesc, anoblie par le roi de France ou encore le Brave Crillon.
 Etant régnicoles, les grandes familles occupent des postes importants dans l'armée française : les Isnards, de Pagnan, d'Aultane, Barras, de Cambis et bien d’autres, obtiennent des titres de noblesse.


Reconnaissance de la validité des titres pontificaux par le pouvoir royal français (wikipedia) :

            Louis XIV reconnut en France la validité des titres conférés par les papes en tant que souverains des États pontificaux, notamment par un édit donné à Versailles en mars 1763 qui créait dans tout le royaume des offices de banquiers expéditionnaires en cour de Rome et de la légation d’Avignon. Cet édit tarifait les droits à payer à la suite de l’obtention d’une bulle de comte palatin et précisait: « Parce que ladite création forme et requiert le titre de noblesse si on l’obtient avec la clause pro descentibusmasculis et in perpetuum… à cause de la perpétuité on ajoute aux frais ordinaires cent dix livres… »
           À son tour, Louis XVI, par lettres patentes du 18 octobre 1783, définit le règlement pour les preuves de noblesse auquel on doit se référer pour le Comtat Venaissin et Avignon, et par lettres patentes du 30 avril 1784 détailla le règlement pour les preuves de noblesse exigées dans la ville d’Avignon et le Comtat Venaissin. Chérin note dans son Abrégé chronologique: « les formalités dont doivent être revêtues les expéditions représentées en preuves par les familles d’Avignon et du Comtat Venaissin sont les mêmes que celles que prescrivent les lettres patentes du 18 octobre 1783. La seule différence qui existe est que les requêtes aux fins de constater l’authenticité des expéditions doivent être présentées, à l’égard des habitants de la ville d’Avignon, aux consuls de cette ville et à l’élu de la noblesse pour ceux du Comtat Venaissin ».
              Le décret de l’Assemblée constituante du 14 septembre 1791 confirma le vote du 12 juin 1790 des habitants d’Avignon et du Comtat Venaissin demandant le rattachement à la France des États pontificaux français. Aucun titre pontifical ne fut plus octroyé à des Français jusqu’au Concordat.
          Combien de brefs de noblesse ou de concessions de titres ont été accordés lors de leur souveraineté sur le Comtat Venaissin et Avignon de 1309 à 1791 par les souverains pontifes à des Français? Le dépouillement des archives permet d’avancer les éléments suivants :
- duc : 7 titres dont 6 héréditaires
- marquis  : 29 titres dont 26 héréditaires
- comte : 39 titres dont 22 héréditaires
- vicomte : aucun
- baron : 11 titres dont 9 héréditaires soit un total de 86 titres dont 63 héréditaires.
           À ces titres il faut ajouter les lettres de noblesse (anoblissement, régularisation et confirmation) enregistrées à la Chambre apostolique ou à la rectorie et les certificats de noblesse de l’élu de la noblesse comtadine au nombre de cent. Doivent être également comptés les titulaires des dix charges anoblissantes ainsi que les docteurs en droit de l’université d’Avignon.



Les nobles "impériaux".


aigle 1
 
 
         Les Sades de Mazan sont un exemple de noblesse obtenue à titre impérial, comme les Agoult, seigneurs de Sault et de sa vallée, depuis 1034, si l'on en croit la légende d'un don de l’empereur Henri II du Saint Empire romain germanique.
          L'aigle du Saint-Empire romain-germanique est une marque de reconnaissance impériale sur de nombreux  blasons de la région. N'oublions pas que le Comtat Venaissin faisait partie de l'Empire et qu'à ne nombreuses occasions l'empereur fit valoir ses droits et accorda des privilèges (les Baux, les Montauban,...).


aigle 2

   

             Tous ces divers pouvoirs ont multiplié le nombre de nobles dans le Comtat, à tel point que la France ne souhaite pas les reconnaître tous. Le moindre petit village a les siens. D'ailleurs, ils se sont organisés dès 1560, afin de défendre leurs intérêts :


Retour