..
d'ANCÉZUNE
ARMES :
 
De gueules à deux dragons monstrueux d'or affrontés, posés sur le pied auche et tenant du pied droit leur barbe terminée en serpent qui se rongent le dos,  la queue et les pieds terminés de même. 
PIT I-43
ou
De gueules à deux dragons monstrueux d'or affrontés, posés sur une de leurs griffes et de l'autre tenant leurs barbes dont les extrémités se terminent en serpents qui se rongent le dos, les griffes et la queue terminées de même.  PIT IV-37
ou
De gueules à deux dragons monstrueux à faces humaines, affrontés, tenant du pied droit leurs barbes, terminées en serpent qui se rongent le dos ; leurs queues et leurs griffes terminées de même.

Ancezune de Caderousse. De gueules à deux dragons monstrueux d'or affrontés, ayant face humaine, chacun posé sur un de ses pieds, de l'autre tenant sa barbe, qui se termine en tête de serpent, ayant leur queue retroussée et terminée du même en tête de serpent, ainsi que chaque griffe de leurs pieds.

ancezzune  
abcezune
Armes de 1827 : d'or au lion d'azur, armé et lampassé de gueules.

ORIGINE :

  • Un empereur leur aurait octroyé des terres rhodaniennes.
  • Ils témoignent de l'implantation ottonienne [97].
  •     Cette maison, originaire de la Principauté d'Orange, où elle possédait dès l'an 1080, des fiefs qui relevaient immédiatement de l'Empire,
         a été une des premières et des mieux qualifiées de la ville d'Avignon. Guillaume d'Ancézune en fut élu podestat lorsque cette ville
         se gouvernait en République.
  • Les Ancézune (Assaduna) sont seigneurs de Caderousse.
  • Un seigneur de Sainte-Jalle en 1200.
  •      Un évêque de Fréjus ( lien ici )
  • PIT donne la généalogie de cette famille, de 1080 à 1724.
  •   Généalogie :
    Page 1a      
    Page 1b   
    Page 2a
      
    Page 2b


    DEVISE :
    ab obice saevior ibit.

    FIEFS :
    Ducs de Caderousse, marquis de Codolet, vicomte de Cadenet, baron du Thor, sg de Coyrol, co-sg d'Orange, Entraigues, sg de Cabrières...

    - En l'année 1491, messire Guillaume d'Ancezune acquit de noble Jean de Joye la terre, seigneurie et juridiction de Codolet et îles en dépendant, par acte du 14 avril, notaire Natal Pastour de la ville du Saint-Esprit.
     
    Les îles dépendant de la terre sont :
    - l'île de la Piboulette, autrement Capefort.
    - l'île de la Borrie.
    - l'île de Gazargues.
    - l'île du Cocu, appelée aujourd'hui l'île du Mautemps.
    - l'île de la Mourrade.
    - l'îlon du Contentieux.
    - l'îlon de Codolet.
    - l'îlon de la Bigue.
    - le brouteau des Penchinaires.

    AD84 : hommage par Guillaume d'Ancézune, pour Saint-Roman-de-Malegarde et la coseigneurie de Caderousse.

    PERSONNES / TITRES:
    Le titre de duc fut créé par le pape Alexandre VII pour la famille Ancezune de Cadart de Tournon, le 18 septembre 1665, pour leur fief de Caderousse.
    André-Joseph laissa son fief à Marie-Philippe de Gramont , marquis de Vachères (cr. 1688).
    André-Joseph-Hippolyte (né en 1761), son fils, il succéda pour le titre de seigneur de Caderousse,
    Emmanuel Marie Pierre Félix Isidore (1783-1841) lui succéda. Il fut fait duc héréditaire (sans fief) par lettre patente du 28 Avril 1827.
    Puis son fils, Charles-Marie-Léonce-Robert (1808-47)
    lequel laissa Robert-Jacques-Férand (1833-54) and Emmanuel-Jean-Ludovic (1834-65), avec qui s'éteint la ligne male
    (Révérend, vol. 3, p. 223).

    (1) Woelmont de Brumagne (La Noblesse subsistante, vol. 3).

    ancezune2
     

    Complément :

    D’ANCEZUNE-CADART DE TOURNON (Juste-Joseph-François), seigneur d'Aurcille, Saint-Alexandre, Saint Estève, Vénéjan, etc., baron de Vélorgue, marquis de Thor et de Codolet, fut créé duc de Caderousse par le pape Alexandre VII, en 1665. (Voir « de GRAMONT ».)
    Armes : De gueules, à deux, dragons monstrueux d'or affrontés, ayant face humaine.
    Source : L. Magny

    Mariage entre Joseph-André d'Ancézune  d Oraison et Françoise-Félicité Colbert de Torcy, auquel assistent Louis XIV et sa cour.


    Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France - tome 29 - Edité en 1897
    Source: Mr Lafonta

    5248. Archives des hospices d'Avignon. Noviciat des Jésuites : titres des bienfaiteurs : Louise d'Ancesune et sa famille.
    Fol. 1. Investiture pour Antonin d'Ancesune, coseigneur de Caderousse, acquéreur du château et de la juridiction de Saint-Roman de
    Malegarde et de la coseigneurie de Mornas. 18 août 1487. Copie.
    Fol. 5. Mémoire sur la succession de Guillaume d'Ancesune.
    Fol. 9. « Inventaire des biens meubles de Mesdamoyselles Françoyse, Anne et Loyse d'Ancesune, seurs, filles et heritieres
    de feu messire Jehan d'Ancesune, chevalier, leur pere, seigneur en son vivant de Codolet et coseigneur de Caderousse. » 1531.
    Suivent d'autres pièces relatives à la même succession pour Louise d'Ancesune.
    Fol. 65. « Arrentement pour MM. les Jésuites du Novitiat d'Avignon, fondé par... Loyze d'Ancesune, douarière deSaint-Chamon
    et dame en partie de Caderosse, Saint-Alexandre et aultres places. » 13 septembre 1590.
    Fol. 71. Factums, mémoires, etc., pour un procès entre Joseph-François de Cadard d'Ancesune, duc de Caderousse,
    et François Adhémar de Monteil, comte de Grignan, d'une part, et Charles de Barjac, seigneur de Rochegude, d'autre part.
    Commencement du XVIII" siècle.
    Fol. 184. « Grosse des produits en la cause d'exécution et ajournement de M. le marquis de Gramont, duc de Caderousse,
    joint à lui [les] fermiers nouveaux du domaine dudit seigneur... au terroir de Cabrieres, contre les... precedents fermiers. » 1783-1786.
    A cette liasse sont jointes un certain nombre de pièces relatives à Ia
    communauté et à l'hôpital des pauvres de Caderousse (1592-1622).
    En tête (fol. 258), est l'acte de foi et hommage présenté à Guillaume V de Mandagout, archevêque d'Embrun et recteur du Comtat pour le
    Pape, par Rostan de Mornas, « domicellus -, pour le domaine direct qu'il a acquis de « Helisiarius Ferrarii «, seigneur de Caderousse,
    sur le château et la terre dudit lieu. 12 novembre 1309.

    Manuscrits de la bibliothèque d'Avignon
    4068. Registres de notaires : Caderousse. « Note brèves mei Stephani Rivasso, clerici Caturcensis, loci Caderossie...
     babitatoris, auctorilatcappostolica notarii publici. a 29 décembre 1519-24 décembre 1520
    Fol 3 v Arrentement des fruits et revenus du prieuré de Mornas par Jean d'Ancezune, abbé de Saint-Ruf-lez-Valence et prieur de Mornas,
    en qualité de prévôt de l'église d'Orange, 4 janvier1520.
     Fol. 12 v. Arrentement par Guillaume d'Ancezune, coseigneur de Caderousse.de toutes ses terres labourables dans le territoire du château
    de la Motte, au diocèse de Nimes. 11 janvier 1520.
    Fol. 19. « Constitutio hominum ligiorum pro aobilibus Guillelmo et Johaane de Anceduna », paire et  filio. 16 janvier.
    Fol. ?. Procuration donnée par Guillaume d'Ancezune, seigneur de Saint-Alexandre et coseigneur d'Uzès, pour introduire un procès en
    cour de Rome. 5 lévrier 1520.
    Fol. 53 v°.  Titulum cléricale pro domino Johanne Larmande. 11 février 1520.
    Fol. 57. Quittance pour des droits de péage et autres perçus pour le compte d'Aymar d'Ancezune, seigneur du Thor et coseigneur
    de Saint-Marcel d'Ardèche. 16 février 1520.
    Fol. 120. « Ratifficacio promissionis pro nobili domino Anthonio de Castronovo, domino Sancti Remigii, sibi facta per nobilem
    Guillelmum de Anceduna. » 20 mars 1520.
     Fol. 1 40 v°. Codicille d'Antoine Arnaud, portant fondation et donation d'une chapellenie de Saint-Antoine en l'église paroissiale
    Saint- Michel de Caderousse, à l'autel de Saint-Sébastien. 6 avril.
    Fol. 158. "Accordium înter Poncium Jomandoni et R. P. dominum Jobannem de Anceduna, priorem ville Pontis Sancti Spiritus, ex una,
    et habitatores Sancti Xazarii, diocesis Uticencis. » 13 avril.
    Fol. 170. Investiture donnée par le même Jean d'Ancezune, abbé de Saint-Ruf, prieur de Saint-Pierre au Pont-Saint-Esprit et prieur de Sarrians.
    18 avril. 1520.
    Fol. 173 " Transaction entre le même Jean, prieur de Mornas, en qualité de prévôt de l'église d'Orange, et les syndics de Mornas.
    21 avril.
    Fol. 177 v "Arrentement par le même des revenus de la prévôté de la cathédrale d'Orange. 21 avril 1520
    Fol. 179 v°. Vente par Guillaume d'Ancezune à Jean-Pierre Balbe, marchand d'Avignon, de 50 halles de papier à fabriquer dans ses moulins,
    à 10 florins la balle. 21 avril 1520
    Fol. 243 v°. Arrentement de leurs biens et droits à l'Isle, par les frères Jean et Giraud d'Ancezune, ce dernier seigneur de
    Vinay. 29 juin 1520.
    Fol. 246 v° Arrentement du château et de la juridiction des Taillades, par les mêmes Jean et Giraud, à Aymar d'Ancezune, seigneur du Thor.
    29 juin 1520.
    Fol. 249. Ratification de transaction passée par ses représentants avec l'archevêque d'Aix, par Jean  d'Ancezune, prévôt de N-D.-des-Anges
    à l'Isle. 30 juin.
    Fol. 359 v°. Cession par Guillaume d'Ancezune, coseigneur de Caderousse, d'un « cep pro piscando supra ripariam Rodani ». 21 octobre.
    Fol. 372 v°. « Recognitio pro... Matheo Raymundi, presbitero, curato Caderossie, rectore cappellanie sub titulo Reate Marie Magdalene
    per quondam nobilem Dulciam Genterie, alias Castellane, fundatum (sic), cujus jus patronatus est scindicis Caderossie. » 30 octobre.
    Fol. 429 v°. « Debitum pro clavario et procuratore fiscali curie nobilium et generosorum virorum Guillelmiet Johannis de Anceduna,
    patris et filii, militum, dominorum  insuie Capefortiset condominorum Caderossie. 
    » 24 décembre 1520.
     
    4067. Registres de notaires : Caderousse. Minutes d'Etienne Rivasse. Fragments pour 1529.
    Fol. 3. Procuration donnée par Pierre « Velayssi -, Mathieu de Montaren et Claude de « Broa » , recteurs de la chapellenie fondée en
    l'église paroissiale de Caderousse par Guillaume d'Ancezune, coseigneur, à Pierre Banne, prêtre et notaire dudit lieu, pour exiger
    une créance de la communauté de Caromh. novembre 1529.  
    Fol. 7. Procuration par André
    « Celareri  » , bayle pour le Pape à Caderousse, pour remettre à Marie, veuve de Jean d'Ancezune, sei-
    gneur de Codolet, les 270 livres tournois qui avaient été déposées entre ses mains par Guillaume Chabert, docteur es droits, procureur
    des tuteurs testamentaires de Françoise, Anne, Louise el Jeanne d'Ancezune, filles de Jean, 24 novembre.
    Fol. 17, 19 v\ 20. Quittances pour Aymar d'Ancezune, exécuteur des legs de son père Guillaume. 13 et 20 décembre.
    Fol. 20. Acceptation de l'héritage de Guillaume d'Ancezune, décédé le 1 er mai, par Michel  «  de Posce » , protonotaire apostolique
    et procureur d'Aymar d'Ancezune, seigneur du Thor, de Cabrières, de Saint-Roman-de-Malegarde et coseigneur de Caderousse,
    nommé héritier de son père dans son testament du 15 janvier 1529. 2 mai. Suivent la nomination par le même procureur d'Arnaud Garin,
    comme bayle et juge ordinaire de Caderousse, et toute une série d'autres actes accomplis en conséquence de cette ouverture de succession,
    soit par Michel « de Posce » , soit par Aymar d'Ancezune.

    4069. Registres de notaires : Caderousse. Minutes de Louis Rivasse, pour l'année 1603.
    Fol. 3. «  Quittance pour... Rostang Cadard d'Ancezune contre la communauté de Caderousse. » 27 décembre 1602.
    Fol. 18 v°. Hommage au Pape. 30 décembre 1602;
    Fol. 50, à Louise d'Ancezune, dame de Saint-Chamond et de Caderousse. 13 janvier 1603.
    Fol. 109 v°. Procuration donnée par les sujets juridictionnels de Gilles de Fortia, seigneur dUrban et coseigneur de Caderousse, à
    Pierre Benedicti et Joseph Suarez, docteurs es droits, pour suivre un de leurs procès. 9 février.
    Fol. 263. « Cession et remission de dette pour Louise d'Ancezune, dame de Saint-Chamond, Saint-Alexandre et
    Caderousse. » 24 avril.
    Fol. 533 v°. Donation par Louise d'Ancezune, dame de Saint-Chamond et de Caderousse, à Diane de Crussol, fille de Jacques, duc d'Uzés,
    et maintenant femme de Jean- Vincent Cadard d'Ancezune, seigneur et baron du Thor, de tous les aliments, vêtements, etc., qu'elle lui a tournis
    dès avant la mort de son père - septembre 1584) jusqu'à son mariage (22 septembre 2'> août

    R.D. 3919
    16 avril 1334.
    Convention au sujet de la vente consentie par Jean d'Ancezane et dame Alleman, sa femme, à noble Raynaud
    de Morges, sr de Rochefourchat, des revenus des seigneurs de Sahune et de Montréal, au diocèse de
    Sisteron, et de Montanègres, Paris, Merlet et St-Nazaire dans le dioc. de Die,, lad. vente passée pour
    9 ans au prix de 3000 fl. d'or de Florence. Raynaud de Morges, promet de rendre lesd. au bout de 9 ans, et
    si à cette date Jean de Sahune était mort sans héritier lég. de les reverser à dame Alleman.
    Arch. de l'Isère, B. 3652.
    .

    Inventaire... Dauphiné
    Ancezune (d’). -Vente par Isoard, seigneur de Chalençon, a noble Arnaud, seigneur d’Ancezune, du château, territoire et mandement de
    Cornillac, au diocèse de Gap, avec les nobles qui y habitent, moyennant une somme de 100 livres de viennois (ides de [15] mai 1270).
    - Quittance délivrée par Jean d’Ancézune à Odon Alleman, fils de Gilet Alleman, d’une somme de 200 livres qui lui était due
    pour la dot de Saure, sa femme, soeur de Gilet Alleman et fille de Sybille d’Aix (4 mai 1331).

    Promesse souscrite par Jourdan de Rosans de donner en dot à sa fille, mariée a Jean d’Ancezune, fils d’Artaud, une somme
    de 10.000 sous de bons viennois (ides de [13] novembre 1277).

    5236. Recueil de pièces sur Orange, la plupart manuscrites.
    Fol. 1. Testaments d'Alasacia, veuve de Guillaume d'Ancézune, chevalier (1268), de Raymond d'Ancfzune, damoiseau, coseigneur de Caderousse
    (1286), de Guillaume d'Ancézune, coseigneur de Caderousse et d'Entraigues (1314), de Bertrand de Baux, prince d'Orange (1314), de Pierre «de Atisii,
    'Bourgeois d'Orange (1348), de Guy Alberti, seigneur de Boulbon (1370), de Jeanne Filhete, femme de noble Baudouin d'Ancézune, citoyen d'Orange (1404),
    de «Sabrane>> de Mondragon, épouse de noble Raymond d'Ancezune coseigneur de Caderousse (1401), d'Antoine d'Ancezune, coseigneur de Caderousse,
    écuyer de la reine de France (1486), de. Guillaume d'Ancezune, seigneur de Codolet, Saint-Alexandre et autres lieux (1529),  etc.
    Copie (xvui® siècle).
    5237. Recueil de pièces sur Orange.
    Fol. 1. Vente par Pierre de Caderousse à Raimbaud d'Ancezune de tout ce qu'il possède à Caderousse et à Valergue, de sa part du port de Codolet et du
    péage de Lers, etc. (juin 1216) [copie].

    5491-5492.

    Fol. 385. L« Thor (suite). Pièces concernant la famille Cadard d'Ancézune.
    Supplique de Jean Cadard, «alias de Moncy>>, pour la mainlevée du séquestre mis sur les seigneuries de Velorgues et du Thor, ainsi que sur les autres biens
    dont il a hérité de son oncle Pierre Cadard, avec le bref du pape Sixte IV y afférent (17 janvier 1476); — fol. 386, Nomination d'un châtelain et baile
    du Thor (5 juin 1576) ; — fol. 388, Donation faite par Guillaume d'Ancezune seigneur de Codolet, au diocèse d'Uzès, à son fils Aymar d'Ancezune à l'occasion
    du mariage de celui-ci avec Nicole Cadard, fille de feu Jean Cadard «alias de Moyssii>>, seigneur du Thor (22 décembre 1508); — fol. 391, Testament de
    Nicole Cadard, codamc du Thor (30 septembre 1528);
    - fol. 398, Mémoires sur les substitutions de la Maison d'Ancezune ;
    - fol. 401, Généalogie de la famille d'Ancezune.

    Augustin Deloye. Elève de l'École des Chartes.

    Revue archéologique T II p 650
    Nous figurons ici l'empreinte redressée d'un sceau dont la matrice en cuivre, d'une belle conservation, a été trouvée enfouie dans le
    territoire d'Uchaux (3), village de l'arrondissement d'Orange. En voici la description : Dans le champ, un lion monstrueux, armé et
    passant, à face humaine, avec une couronne à trois pointes perlées ou pommetées. Autour, entre grènetis, 4. S. ALATIS. DANCEVNA.
    Des points séparent les mots entre eux. La plupart des lettres de la légende ne diffèrent pas des capitales romaines par la forme;
    mais, quoique très-distinctes, elles tiennent des majuscules gothiques par les détails : on y remarque des pleins et des déliés ;
    les jambages des A, de l'L, du V, au lieu d'être réguliers, sont renflés à la partie supérieure ou inférieure;
    les N, la seconde surtout, se rapprochent de l'H; enfin, deux lettres sont purement gothiques, le T, dont la forme est assez bizarre, et
    I'E , qui est entièrement fermé. L'ensemble de ces caractères atteste d'une manière certaine le XIIIe siècle.

    (3) Prés d'une ferme, appelée lu Dianouse, qui est située le long de l'ancienne voie Domitienne, connue de nos jours sous le nom de Camin Riaou , ou chemin royal.


    ancezune-aurell
    Quels étaient donc à cette époque les membres de la famille d'An-cezune (en latin de Anceduna) dont les noms répondent à ceux de
    notre sceau? C'était d'abord Alix Alieyre ou Alizère, femme de Guillaume d'Ancezune II du nom, chevalier, coseigneur de Caderousse
    et seigneur de Cadenet; mais cette dame appartient plutôt au XIIe siècle qu'au suivant : son mari transigea avec Rambaud d'Ancezune en 1140,
    et elle-même fit son testament à Caderousse en 1213. Et puis le nom d'Alix , écrit dans les actes latins Aalis, Alais, Aleidis , Alk, diffère un peu
    de celui à'Alatis, qui en est, je crois, le diminutif ; outre qu'il était d'usage pour les femmes de conserver leur nom de famille, en y joignant
     ordinairement celui de leur mari. Ainsi, Alix Alieyre ne pouvait guère s'appeler Alix d'Ancezune tout court.
    Je ferai les mêmes observations à l'égard d'Alix de Poitiers-d Aramon, mariée vers la fin du XIIIe siècle avec Guillaume d'Ancezune III du
    nom. On doit, ce me semble, éliminer ces deux dames à cause de leurs noms et du temps où elles ont vécu ; par leurs noms elles sont
    étrangères à la maison d'Ancezune, et le temps où elles ont vécu s'écarte trop en sens inverse de la date présumée de .notre sceau.
    Une généalogie de la famille d'Ancezune, dressée par Le Laboureur (1), fournit un nom qui satisfan'parfaitement à toutes les con
    ditions que je cherche ; je veux parler d'Aliette , fille de Rambaud d'Ancezune et de Mirabelle de Brion; elle n'avait qu'une soeur,
    nommée Géraude, et elle vivait vers le milieu du XIII" siècle, puisque ses parents s'étaient mariés en 1223. L'historien de la noblesse du
    Comtat-Vénaissin, Pithon-Curt (2), la nomme Alisette, et dit qu'il en ignore la destinée. J'ai fait, de mon côté, de vaines recherches pour la
    tirer de l'oubli où elle est tombée. Sa famille, qui était venue s'établir vers le milieu du XI' siècle dans cette partie du marquisat de Provence,
    qu'on nomma plus tard Comtat-Vénaissin, possédait un grand nombre de fiefs dans la vallée du Rhône; elle avait même des droits sur la
    principauté d'Orange , et comme le château d'Uchaux faisait partie depuis 1210 de la principauté (3), il ne serait pas impossible
    qu'on eût assigné à Aliette des terres dépendantes de ce fief : voilà comment la matrice de son sceau aurait pu se perdre dans le
    territoire d'Uchaux. Quoi qu'il en soit de cette simple conjecture, que notre sceau ne peut vérifier, puisqu'il ne nous apprend pas même de

    (1) Mémoire man. , conservé à la Bibl. roy., cab. des titres , dossier d'Ancezune.
    (2) Hisl. de la Noblesse du Cvmlal-Vènaissin , t. \, p. 43etsuiv.
    (3) Le château d'Uchaux-fut donné en fief par Raimond VI , comte de Toulouse, à Guillaume des Baux , prince -d'Orange , le 2des ides de juillet 1210.
    L'acte original d'inféodalion , conservé aux Archives du royaume, est coté J. 309 , n° 3.


    quel lieu Aliette était dame , l'attribution que je viens d'établir ne m'en parait pas moins incontestable.
    On pourrait , il est vrai , élever des objections au sujet des armoiries : la famille d'Ancezune portait de gueules à deux dragons mâles ,
    monstrueux , à face humaine , affrontés d'or, posés sur le pied gauche, et tenant du pied droit leur barbe terminée en serpents qui se rongent
    le dos ; ayant leur queue retroussée derrière le dos et terminée de méme en tête de serpent, aussi bien que les quatre griffes de leurs pieds.
    Ces armes, diversement blasonnées par quelques auteurs (1), n'ont qu'un rapport bien éloigné avec celles de notre sceau; mais est-on sûr que
    le lion monstrueux dont il est chargé soit réellement une pièce héraldique (2) et non un simple ornement de fantaisie, comme les dames
    en faisaient quelquefois graver sur leurs sceaux? Admettons, du reste , qu' Aliette d'Ancezune eût pour armoiries un lion tel que
    .celui-ci, il ne faudrait point s'en étonner : qui ne sait que dans le principe les armes sont très-variables, et qu'en général elles ne sont
    devenues héréditaires que dans le cours du XIIIe siècle. A cette époque « l'on s'avisa , dit Le Laboureur (3), de prendre pour marque
    de toute une famille ce qui n'urait servi jusqu'alors qu'à distinguer les particuliers. C'est ce qui a fait que plusieurs branches issues d'un
    même tronc se sont enfin méconnues entre elles. »
    Je suis persuadé que des armes aussi singulières et aussi compliquées que celles de la famille d'Ancezune n'ont été fixées que fort tard.
    Qui sait si elles ne sont pas nées, en passant par une série de transforma tions, du lion monstrueux qui figure sur le sceau d' Aliette? On ne peut
    donc rien conclure de la diversité des armes, non plus que de la différence d'orthographe. Le nom d'Ancezune s'est écrit de plusieurs ma
    nières, Anceuna, Anceduna, Ancezuna : la première forme me parait la plus ancienne ; elle s'harmonise parfaitement avec la douceur
    primitive des sons' de la langue romane du Midi. La légende 5. Alaùs dAnceuna est , pour le dire en passant , moitié en latin et moitié en
    provençal. Dans un acte latin de 1236 , publié par D. Vaissète (4),

    (1) Pilbon-Curt, foc. cit. L'abbé Robert de Briançon , L'État de la Provence dans sa noblesse, t. III , addit., p. 4. — Le Laboureur, loc. cit.
    (2) En 1766 G. P. de Berencs se servait d'un sceau de plomb représentant un léopard monstrueux à tète humaine, posé et couronné de la même façon
    que le lion d'Alicttc d'Ancezune. Dom Vaisscte a fait graver ce sceau dans son vol. V de l'Histoire de Lang. Pl. VII , n° 72.
    (3) Voy. les observations qui précèdent son histoire manuscrite de la maison d'Ancezune, Bibl. roy., Mém. cité.
    (4) Hist. gèn. de Languedoc, t. III , pr. col. 376 et 377.


    deux des seigneurs de Caderousse sont nommés Raymbandus de Anceuha et Guillermus de Anceuna. On a vu précédemment Sigillum
    Geraldi Aemari uu Jieu de Ademari, et la charte d'affranchissement de Montélimart porte de même Geraldus Aemarius : ainsi , les deux
    mots Anceune et Aemar ont subi une modification analogue; de l'un on a fait Ancedune et Ancezune, de l'autre, Ademar, Adhémar et Azemar.
    J'ai une dernière remarque à faire touchant le sceau d'Aliette : par sa forme orbiculaire il s'écarte de la mode qui voulait que les sceaux
    des dames fussent oblongs, c'est-à-dire ovales ou en ogive (1). Les exceptions à cette règle générale sont assez rares pour mériter d'être
    notées; elles remontent presque toutes au delà du XIV" siècle, comme j'ai pu m'en assurer en parcourant la plupart des ouvrages
    où l'on rencontre des sceaux gravés.
    ...