barral titre  


V. Ascendance maternelle : les vicomtes de Marseille

      Sa mère, Barrale de Marseille.

    Le 17 juillet 1219, Barral, son frère Gilbert et sa soeur Cécile sont à nouveau présents lors d'une donation à l'église Saint-Trophime d'Arles. Ce jour là, c'est leur mère, Barrale de Marseille, qui promet de donner les dîmes de ses possessions maternelles.
    Barrale est elle aussi de haut lignage car elle descend d'une longue lignée de vicomtes de Marseille.
   Lorsque les Sarrasins furent chassés de Provence par le comte Guillaume, celui-ci sut s'imposer auprès des seigneurs locaux et transformer sa gloire de "libérateur" en titre de marquis de Provence. Il administra son domaine et en particulier aurait donné la ville de Marseille à un Pons qui fut la tige des vicomtes de cette ville. Sept générations plus tard, ses descendants sont nombreux et quatre d'entre eux sont toujours vicomtes de Marseille :

    • Mabille, fille de Guillaume le Gros (+ 1188), mariée à Gérard d'Adhémar, souverain de Montélimar et seigneur de Grignan. 
    • Barrale et Hugues des Baux, à qui les Marseillais avaient prêtés de grandes sommes d'argent.
    • Roncelin, religieux de Saint Victor.
    • Raymond Geoffroi II, surnommé Barral, seigneur de Trets et d'Ollières.

     Barral de Marseille, père de Barrale, fut gouverneur de Provence sous Aphonse Ier roi d'Aragon, comte de Barcelone et de Provence. Il mourrut en 1192, alors que Barrale avait une vingtaine d'année.
    Il eut deux épouses : la première, Alasacie Porcellet de de Porcairagues, était dame de Roquemartine. C'était une poétesse qui attira tout ce que la Provence comptait de troubatours, trouvères et  jongleurs à la cour de son mari . Elle lui donna une fille unique, Barrale, vers 1170, la mère de Barral des Baux.. Barrale fut élevée par sa mère "de Roquemartine" dans ce milieu cultivé marqué par toutes les valeurs du Midi de la France. Lorsqu'elle fit son testament en août 1201, elle institua sa fille comme héritière universelle de ses biens propres sous réserve de quelques donations au Temple de Saint-Gilles.
    Barral de Marseille eut plus tard une deuxième épouse, Marie de Montpellier fille de Guillaume de Montpellier et d'Eudoxie, elle même fille d'Emmanuel empereur de Constantinople. Après le décès de son mari, Marie se remaria en 1197, avec Bertrand de Comminge, mais ce mariage fut annulé par l'église, et elle se maria une troisième fois avec Pierre II, roi d'Aragon, et mourut à Rome en 1209.