o Généalogie  a
Compléments :
Les Bouliers ne tardèrent pas à devenir provençaux, d'abord en 1408 par la donation que leur fit Louis II des péages, lesdes
et cosses de Forcalquier. Chevalier, vicomte de Reillane, conseiller du roi, il est nommé suivant lettres de Louis II à Cosenza
 le 20.1.1430 lieutenant du gouverneur Pierre de Beauvau, durant l'absence de ce dernier appelé auprès du roi et pour un an de plus,
aux gages de 800 florins.
 Chargé de mission par le roi René en juin 1435 avec Vital de Cabannes et Charles de Castillon  auprès du duc de Milan, Philippe Visconti,
pour le traité d'alliance contre Alphonse d'Aragon,  le compétiteur au royaume de Naples, reçoit la seigneurie de Beaumont en 1437
en récompense de ses services.
Après avoir hérité de la seigneurie de Cental de son grand oncle Fralin de Bouliers, ce qui lui fut confirmée le 15 mai 1433,
il se retire en Provence.  Il augmenta ses possessions par l'achat qu'il fit en 1429 de la Vicomté de Reillane sur Hélène d'Enghien,
veuve de Pierre d'Acigné, ancien Vicomte de Reillane.
Cette acquisition fut confirmée par le Comte de Provence en 1437 lorsque Louis lui rendit hommage pour ce fief.

AD 04 reg 215/2 :  vente de la vicomté de Reillane en 1428 à Louis de Bolliers seigneur de Demonte en Piemont
(cahier et confirmation du roi René en 1437)

Prestation de serment de Louis de Bouliers, vicomte de Reillane, lieutenant du roi le 6.11.1430 (Aix en Provence AA2) le 10.1.1437
Hommage rendu par Louis de Bouliers de la terre de Mane (reg B 777 fo 31)

AD 13 reg B 766 1385/1428 hommage à Louis III comte de Provence par Louis de Bouliers pour la vicomté de Reillane
AD 13 reg B 776 1437 hommage au comte de Provence par Louis de Bouliers vicomte de Reillane pour les terres de Mane

Lors du massacre des Vaudois du Lubéron, ordonné par Maynier d'Oppède le 18.11.1540, Françoise de Bouliers se porte
au devant des troupes qui incendient le pays. La dame de Cental (Centallo), dont plusieurs châteaux avaient été pillés et brûlés,
en demanda justice au roi François Ier, lequel demanda avant de mourir,  à son fils Henri II, de faire examiner les pièces
de cette procédure. L'affaire fut évoquée par le parlement de Paris par lettres patentes du 17.3.1551.

Les Bouliers n'attirèrent pas de vaudois dans leurs terres provençales puisqu'en 1538 on n'y comptait encore aucun protestant,
si ce n'est à St Etienne, en revanche les réformés étaient fort nombreux à cette date à la Tour d'Aigues et dans toute la vallée
de ce nom qui avait passé à Antoine René de Bouliers par suite de son mariage avec Jeanne d'Agoult à qui Raimond d'Agoult,
son frère, seigneur de la Tour d'Aigues avait légué en 1503 cette importante possession marquis de Cental, seigneur de Beaumont,
vicomte de Reillane - mort sans postérité mâle il fit édifier le château de la Tour d'Aigues continué par son fils Antoine
et achevé et embelli par son petit fils Jean Louis Nicolas - le château passa ensuite au duc de Villeroy, puis à la maison de Bruny

AD 13 B 783 parchemin 1504/1513 hommage et serment de fidélité prétés au comte de Provence par antoine Reynier de Bolliers,
vicomte de Reillane pour les teres du Bourguet et de Mane
1 E 154 et 155 - quittance de 18 gros donnée par Antoine René de Boliers, vicomte de Reillane, en faveur de noble Barthélémy Tributiis, coseigneur du lieu inhabité du Bourguet, de quatre florins et demi par Antoine René de Boliers, en faveur des héritiers de Barthéléméy de Tributiis
Jeanne d'Agoult apportait en dot, des fiefs notamment la Tour d'Aigues, et autres terres de sa vallée, Saint Martin, Cabrières, Peypin, la Motte,
ces dernières ajoutant à leurs noms le complèment "d'Aigues".

un évêque "de Bouliers" au diocèse de Fréjus en 1579 :
Parlant de ce lignage, Robert de Briançon s'écriait à la fin du XVIIe siècle "il n'en reste rien que je sache".
Artefeuil en 1757, critique cette affirmation : "l'abbé Robert aurait évité la méprise s'il s'était donné la peine de faire dans ce lieu (Cucuron) les perquisitions nécessaires
pour savoir si cette branche était éteinte, il aurait trouvé qu'elle subsistait encore lorsqu'il composait son état de la noblesse de Provence"
En réalité, Artefeuil ne s'étend pas plus avant sur la famille de Bouliers, maintenue en 1706 et pour étudier toute généalogie, il se contente de déclarer
Ignace de Bouliers, seigneur de Vaugines, vit sans alliance.
Le peu de désir qu'il a de l'établir nous le fait regarder comme le terme d'une famille des plus distinguées, dont nous aurions parlé plus au long sans ces circonstances".

Branche de Cucuron (La Chesnaye Desbois, Rolland) :
Les minutes des anciens notaires de Cucuron nous ont conservé le nom de sa mère Jeannette Borrel
Les documents précédents faisant partie des archives des RRPP Servites de Cucuron, ils furent versées à leur maison d'Aix vers 1750 et aux AC vers 1792
La généalogie du prieur de Vaugines a été complétée à l'aide des actes contenus dans les protocoles des anciens notaires de Cucuron et dans les registres paroissiaux
antérieurs à 1790 des communes de Vaugines et de Cucuron.
Les tableaux généraux qui en découlent s'attachent à la descendance de Messire Georges, plus de cinquante familles dont beaucoup subsistent encore les documents faisaient partie
des archives RRPP Servites de Cucuron, ils furent versés à leur maison d'Aix vers 1750 et aux archives communales vers 1792
- la généalotie du Prieur de Vaugines a été complétée à l'aide des actes contenus dans les protocole des anciens notaires de Cucuron et dans les registres paroissiaux
antérieurs à 1790 des communes de Vaugines et de Cucuron (musée Arbaud d'Aix en Provence 707 A1 40 pièces).

Source : Paule Castan, Boite 21 : image 154, 
- le 24 Janvier 1632, testament de Louis de BOULIERS, coseigneur de Cucuron x Ester de la BRETONIERE
Ses enfants : François ; Marguerite, novice au monastère Ste Marie d’Avignon ; Claire et Françoise ses filles.
(est-ce le Louis de Bouliers d'abord marié en 1584 avec Esprite de Jourdan? )
Claire, codame de Cucuron, se marie avec François II de Conceyl de St Roman.

Et aussi : Boite 21 image 127 : Testament de Esprit BESSIER le 24 Mai 1645 x Lucrece de BOULIERS. 2 fils



- Claude de Bouliers de Vaugine et Melchior de Bouliers de Cucuron ont volontairement payé l'amende de 50 livres,
  pour avoir usurpé les titres et qualité de noble, suivant l'arrêt du conseil  du  29/3/1667.
 Les recherches de noblesse en Provence sous Louis XIV et Louis XV... / par le baron Du Roure

- Contrat de mariage entre M. Me Joseph de Sinetty, avocat en la cour, fils de M. Me' François,
aussi avocat, d'Apt, et de feu damoiselle Gabrielle Dubour, d'une part,
et damoiselle Thérèse de Boliers, fille de noble Gaspard, et de dame Louise de Sanes,
assistée de messire Jean-Augustin, de Boliers, docteur en théologie, de M. M" Joseph de Boliers, conseiller du Roy,
son président et trésorier général de France au bureau des Finances et de noble Jean de Boliers, ses frères, 18 février 1672
(AD04 fol. 4450 v)

- Contrat de mariage entre messire Gaspard de Bouliers, fils d'Antoine, seigneur de Cental, « vicomte de Reillane, de Demonte et sa vallée,
baron de La Roque-Esparron », d'une part, et dame Claudie Espinola, fille de messire Alphonse, seigneur dudit lieu (texte italien), 3 janvier 1596 (AD04, fol. 663) ;

- Donation par M. Balthasar de Bouliers, seigneur de Saint-Michel, au profit de damoiselle Jeanne de Lévesque, sa nièce,
femme, de M. René de Bousquet, sieur du Buisson, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi, « d'une pension annuelle et perpétuelle de 98 florins,
que ledit, sieur de Bouliers prend annuellement, à chaque feste de Noël, sur la place, terre et seigneurie de Saint-Etienne de Cruys », 20 décembre 1584 (AD04, fol. 627 V)

- « Déclaration par haut et puissant seigneur messire Jean-Louis-Nicolas de Bouliers, vicomte de Demonte, seigneur de Cental, pressé par la maladie », substituant pour son héritier,
au cas que ledit seigneur de Cental décédât sans enfants légitimes, messire François-Louis d'Agoult, comte de Sault », 12 mai 1582 (AD04, fol. 205).

- Donation par messire Antoine de Bouliers, vicomte de Reillane, « de 45.000 escus or sol à prendre sur tous et chacuns de ses biens »,
en faveur de messire Balthasar de Bouliers, seigneur de Saint-Michel, son frère, 21 octobre 1585 (AD04, fol. 279).

- Donation à noble Gaspard de Bouliers, vicomte de Reillane, par messire Antoine de Bouliers, son père, « vicomte de Reillane et de Demonte, seigneur de Cental,
considérant son vieulx age et ne pouvant suffire à l'administration et gouvernement des grands biens, terres et seigneuries que Dieu lui a donnés, de tous et chacuns ses biens et droits,
et mesme ses terres, places et seigneuries tant deçà que au delà les monts », 2 novembre 1590 (AD04, fol. 672).

- Contrat de mariage entre messire Gaspard de Bouliers, fils d'Antoine, seigneur de Cental, « vicomte de Reillane, de Demonte et sa vallée, baron de La Roque-Esparron », d'une part,
et dame Claudie Espinola, fille de messire Alphonse, seigneur dudit lieu (texte italien), 3 janvier 1596 (AD04, fol. 663) ;

- Contrat de mariage entre M. Jean de Boulliers, écuyer, de Cucuron, fils de feu noble Georges et de feu damoiselle Jeanne de Perret, d'une part,
et damoiselle Marie Chauvel, fille de feu sieur Jacques et de damoiselle Marguerite de Girard, de Viens, 24 novembre 1687 (fol. 1412 v*).

de Paule Castan :
- Pierre BON x Louise de BERARD : CM 26 Avril 1527, Filiatif pour elle (fille de Louis et + Sancie de CASTILLON)  pas pour lui mais... présent Georges de BOULIERS; protonotaire apostolique son frère.
Jeanne BORRELY mère de Georges de BOULIERS est la maitresse d’Antoine-René de BOULIERS. Pour que Georges de BOULIERS, ait Pierre BON comme frère, ça ne peut d’expliquer qui si on admet que Jeanne BORRELY a été mariée avec un BON , avant après ou pendant sa liaison avec Antoine-René.