Vitraux de la chapelle des hommes, église paroissiale de Caromb
D'après  M. Arnaud LEMAIGRE, Journée d'Histoire du Comtat, 2018

Le projet de vitraux de la chapelle des Hommes de l'église de Caromb a été réalisé en 1974 par Jean-Marie Benoît.

C'est une commande de la mairie de Caromb et de la paroisse, fortement inspirée par l'abbé Pierre Mathieu.

Jean-Marie Benoît. : l'église paroisiale Saint-Maurice de Caromb met en évidence deux conceptions d'espace et de lumière. En contrepoint de la longe et étroite nef romane, peu éclairée et toute pénétrée de méditation, la chapelle gothique ditte des Hommes tel un bras de transep, offre un volume et une luminosité inattendus. Cette analyse m'a conduit à garder ce même parti, d'où l'idée que cette lumière émise par les vitraux de la chapelle pourrait apporter une tache colorée visible de la nef, expression tangible de la métaphore "Dieu est lumière". C'est ainsi qu'a été conçue l'organisation des couleurs et des valeurs, en correspondance avec le milieu naturel des paysages du sud avec lesquels j'ai beaucoup vécu dans ces années-là. Les fenêtres sont appréhendées comme des supports à une vibration colorée, traduisant un cheminement de l'esprit à la fois calme et profond, à la recherche de la dimension spirituelle : la masse épaisse des murs enracine le sanctuaire dans l'ordre du visible, alors que le vitrail ouvre vers l'invisible.

vitraux
Photos Cove.

Ce sont donc des vitraux totalement abstraits mais inspirés malgré tout par la réalité.
Pour la partie technique, c'est l'atelier de M. Jean-Marie Balayn, à Loriol -sur-Drôme, qui a exécuté le dessin.

Parmi les blasons des vitraux de St-Siffrein figure celui-ci :
10-Blasons
Le blason central à gauche pose problème :
Dans la Monographie de St-Siffrein et voici ce qu'écrivent Andreoli/Lambert à ce propos p. 190 : "à gauche, un écu portant au premier d'azur au chef d'argent à trois mouchetures 
d'hermine de sable au second d'argent au loup ravissant de gueules; ce sont sans doute les armes d'une branche des d'Agoult, alliés des La Plane".
La note en bas de page indique : "Jean de Laplane fut marié, le 7 mars 1451, avec Jeannette de Burgondion, de l'Isle en Venaissin, soeur d'Astorgue Burgondion, seigneur de Goult ou d'Agoult.
Thomas de Burgondia, chanoine de Saint-Siffrein, fonda en 1449 deux chapellenies dans la cathédrale.

Les Burgondion étaient originaires de la Bourgogne ; ils portent "De gueules, au lion couronné d'or"
Les d'Agoult, branche aînée, portaient d'or au loup ravissant d'azur".
Dans l'ascendance de Jean de La Plane ou de son épouse, pas d'Agoult.... à ma connaissance



 © Jean Gallian 2018